Dans les épisodes précédents, nous avions laissez Vegeta exploser Frost en beauté, aka le Freezer de l’univers 6. Sera-t-il à la hauteur pour vaincre ses autres combattants ? Et Goku, il baye aux corneilles ?

dragon ball

Après Frost, Vegeta affronte un robot du nom de Magetta, toujours de l’univers 6. Ça peut paraître inintéressant dit comme ça, mais en vérité pas du tout. Les scènes de bagarre sont de toute beauté, avec un Vegeta constamment en train de serrer les dents pour ne pas perdre. Les épisodes 36 et 37 sont donc très intenses, et il y aurait beaucoup à en dire. Quand Vegeta manque d’étouffer à cause des vapeurs caniculaires dudit robot, quand il manque de toucher le dôme invisible causant sa disqualification immédiate, quand il se fait éjecter du terrain – mais NON ! L’arbitre remarque qu’il a le PIED posé sur un débris du terrain en fait, donc il peut PAS être éliminé… Bref. Vous l’aurez compris, ces deux épisodes sont très denses et plus riches en péripéties que prévu. Pour couronner le tout, Toriyama nous a gratifié de jolies scènes où Vegeta reproduit son Garlic Gun et son Final Flash. Ah… Ça nous manquait.

Vegeta est donc toujours au top de sa forme, et jamais on ne l’a vu autant combattre. Il y a de quoi faire plaisir à ses fans ! Mais au-délà de ça, c’est que le combat est enfin jouissif. Ce n’est plus une accumulation de scènes vides et sans intérêt dont on nous gave depuis le début ( sauf les scènes avec Golden Freezer, et encore ), mais du vrai suspens, des vrais rebondissements, et de vraies poses de combat qu’on n’avait plus vus depuis les premiers tournois de Dragon Ball ( oui parce que là, ça se passe dans un tournoi en tant que tel, c’est pourquoi je fais abstraction de DBZ. ) Il était temps quand même que les scénaristes se réveillent !

dragon ball

Après le suspens très serré des épisodes 36 et 37 avec un Vegeta qui transpire le charisme par tous les pores de la peau, il y a le paroxysme de l’épisode 38. Celui où il affronte Kyabe, autre personnage très intéressant que je n’ai pas eu le temps de développer. Il s’agit d’un Saiyan de l’univers 6 ( ce qui est logique, vu que Frost est déjà présent dans cet univers ) et ce dernier, à la surprise générale, ne sait même pas se transformer en Super Saiyan. Là encore c’est logique, parce que dans cet univers-ci, Frost n’a pas anéanti sa planète, et il n’y a donc eu aucune raison pour que les éventuels Saiyans survivants s’efforcent de devenir plus forts, à l’instar d’un certain Goku.
À cette pensée, Vegeta entre dans une colère noire d’avoir face à lui quelqu’un d’aussi faible. Il rabaisse Kyabe, le tabasse, l’humilie pour lui faire comprendre qu’il n’est pas digne des Saiyans. Ça vous rappelle pas de bons souvenirs de DBZ, avec cette fierté Saiyan qui revient toujours sur le tapis ? Le pauvre Kyabe n’arrête pas de s’excuser entre deux coups … ce qui met Vegeta encore plus en colère. Finalement, Kyabe pète un câble et ses cheveux deviennent jaunes ! Il était temps, il aurait fini en bouillie. Vegeta le met par terre direct ( Ah bah oui hein, face à un Super Saiyan God aux cheveux bleus, qu’est ce que tu peux faire ? ) mais il lui précise une dernière fois :  » Souviens-toi toujours de cette colère. C’est la fierté des Saiyans. » Et comble de splendeur, Kyabe est un peu devenu l’apprenti de Vegeta, l’admirant et le considérant comme son mentor. Et ça, c’est beau. C’est peut-être Vegeta qui est le vrai dernier des Saiyans, quoi qu’on en dise.

dragon ball

Mais malheureusement, avec Dragon Ball Super, toutes les bonnes idées finissent par être gâchées. Hit, le combattant le plus fort de l’univers 6, arrive sur le terrain. C’est un personnage très réussi avec un visage qui n’est pas sans rappeler Cooler, le frère de Freezer. Taciturne et dangereux, sa nature d’assassin ne fait que parachever le tout. C’est en quelque sorte le boss final du jeu ! On aurait pu avoir droit à un combat paroxystique magnifique, mais non. Parce que Vegeta s’est fait éliminer. Parce que Goku vient d’entrer sur le ring. Et qu’avec sa venue, tout souffle épique est redescendu. C’est pas que je déteste Goku, mais au moins quand Vegeta était là, on avait droit à du combat de qualité et à des rebondissements de malade. Goku refait plus au moins le pitre entre deux pirouettes physiques censées désarçonner Hit. Et ça gâche tout, en fait.

dragon ball

Alors oui, Hit est un adversaire intéressant, et on peut féliciter la série de nous avoir proposer des ennemis très réussis face à nos héros ( Frost, Magetta, Kyabe et Hit ). Ce dernier est complètement insaisissable, car il est capable de remonter le temps de quelques centièmes de seconde lui permettant de donner des coups sans qu’on puisse se défendre. Ce qui est une attaque que Goku doit combattre depuis la Tour de Maître Karin.

dragon ball

Goku sort sa carte maîtresse que ni Vegeta, ni Beerus ne connaissent. Il s’agit du Kaioken… mélangé au SSGSS, soit une technique assez périlleuse. On n’avait plus vu le Kaioken depuis l’arc Freezer tout de même ! Malheureusement, Goku n’est plus intéressant dans Dragon Ball Super, comme il pouvait l’être auparavant. Dans DBZ, certes, il était toujours naïf et vide d’esprit, mais il restait l’homme gentil et héroïque que tout le monde attendait avec beaucoup d’émotions au milieu d’un suspens intenable, face à des méchants sadiques que l’on aurait pas pu vaincre autrement. Mais là, dans Dragon Ball Super… rien. On se fiche pas mal de savoir quelle nouvelle attaque va achever qui, car il n’y a plus aucun enjeu comme avant. Tout est vide : vide d’intérêt, vide d’enjeu, vide de ressort dramatique, vide d’empathie avec les personnages. Comme Vegeta, Jaco, Bulma, Frost ou Kyabe sont les derniers à porter le souffle de l’action, tout s’effondre quand ils ne sont plus présents. C’est à se demander si Goku mérite toujours son statut de héros de la série. Je suis sûre qu’un spin-off sur Vegeta serait en vérité bien meilleur.

Tandis que Beerus et Champa se chamaillent en arrière-plan, ( vraiment c’est consternant, quand on sait qu’un Cell ou un Freezer étaient infiniment plus dangereux qu’eux alors qu’ils sont
vraiment moins forts… ), voilà que débarque le Roi de Tout, également Roi des 12 univers. Il est mimi avec une voix d’enfant et une tête en forme de ballon de rugby. Et une crédibilité zéro.

dragon ball

Enfin, Beerus doit laisser tomber le tournoi à cause du Roi de Tout et d’un Hit qui a fait semblant de perdre ( parce qu’il veut être gentil avec Goku. Oui, vous m’avez bien entendue ). Et donc, il réveille le grand Dragon de l’univers 6. Un dragon plus aux allures médiévales de jeu Skyrim que le dragon asiatique à la Shenron. Vraiment ? Est-ce que Dragon Ball s’est rabaissé à faire du Fairy Tail ? Bref. Il lui demande son souhait dans un langage des dieux complètement ridicule qui ne saurait rendre hommage au Dragon qui ne parle qu’en namekien, et Beerus devient tout gentil lui aussi, parce qu’il ressuscite la planète des humains de l’univers 6. Pour faire plaisir à son frère Champa. Pourquoi, alors qu’ils s’entretuaient 2 secondes avant et qu’aucun twist, aucune progression dans l’intrigue ne justifie vraiment un tel retournement de situation ? Mystère. En tout cas, cet arc prometteur se finit un peu bêtement pour qu’on y croie. Il faudrait peut-être que les scénaristes arrêtent de prendre les spectateurs pour des enfants de quatre ans. Les fans de dragon ball ont la trentaine passée désormais, et ils méritent quand même mieux tout de même. La série Dragon Ball est réellement finie, ça sert plus à rien de tirer sur la corde. Peut-être devrions-nous aussi cesser d’espérer et faire notre deuil de cette saga de notre enfance, qui sait.