David Duchovny en concert à la Cigale

David Duchovny en concert à la Cigale

Pile un an après la sortie de son premier album Hell or Highwater, l’acteur David Duchovny est enfin venu en France pour jouer à La Cigale ce jeudi 12 mai. Après avoir été mondialement connu pour X-Files et son rôle de Fox Mulder et pour Californication et Hank Moody, lacteur désormais chanteur a démontré tout son talent.

Acteur mais aussi écrivain et chanteur, Duchovny empile les casquettes cette année. Après avoir sorti Holy Cow, son premier roman, il a enchaîné avec un second roman encore inédit chez nous, Bucky F*cking Dent. Du côté de la chanson, Duchovny a surpris tout le monde en sortant un album de rock très inspiré.

S’il a profité de la matinée pour une séance de dédicaces de Holy Cow à la Fnac St Lazare, Duchovny a mis ses habits de musicien pour un show très énergique sur la scène de la Cigale pour le bonheur de nombreux fans. Il était évident que la plus grande partie des personnes présentes n’étaient là que pour ce qu’il incarne plutôt que pour sa musique. Mais rapidement, ses chansons ont conquis les oreilles et il semblerait qu’un bon nombre de spectateurs était déjà bien acquis à sa cause. Les mauvaises langues ont eu tort, David Duchovny a réussi à transformer l’essai. Les paroles étaient reprises par un public qui n’hésitait pas à quitter les sièges pour se rapprocher de la scène (pour le malheur de ceux qui pensaient passer un concert bien calé).

La première partie était assurée par un très efficace French Tobacco qui, par de bons mots, a eu un accueil chaleureux notamment quand son tube Cry a résonné dans l’enceinte de la Cigale. Et c’est donc au son d’un rock folk à tendance country que La Cigale a vibré pendant une bonne heure et demi. Quelques mots en français lors de son arrivée et David Duchovny a tout de suite fait oublier l’acteur. Ses chansons sont efficaces, sentant bon les influences diverses comme Leonard Cohen ou encore Bob Dylan, Wilco ou the Flaming Lips comme il les cite. N’hésitant pas à partager avec le public entre chaque chanson, David Duchovny n’hésite aucunement à tenter des pas de danse, certes un peu gauche mais qui renforce l’attachement que l’on a envers cet acteur devenu un artiste.

La dimension musicale a transcendé la simple évocation de voir « Fox Mulder sur scène ». Le show était assuré par un Duchovny bien entouré par des musiciens redoutables d’efficacité avec pas moins de 6 musiciens dont 4 guitaristes. Quand il ne tente pas de parler français, il descend dans le public pour faire lever les foules et offrir une main chaleureuse. Et après 20 chansons dont une reprise de David Bowie, Stay, l’acteur chanteur a réussi son pari d’offrir un beau spectacle. Tout tend à se bonifier. Encore quelques années et quelques shows et il deviendra, non pas une référence, mais peut-être un participant de la scène alternative d’une redoutable efficacité rejoignant les artistes qui transpirent la culture américaine. L’age lui va bien, l’inspiration est là, alors pourquoi ne pas se laisser tenter ?

About The Author

Thomas Wachnicki

Créateur de SmallThings, 1er Geek Picard de la planète Exilé dans le 92

1 Comment

  1. Bonjour.

    J’ai découvert cette année l’album (courant janvier). J’ai vite accroché au son. Étant fan de divers artistes de rock/pop/indirock/indus (Editors/Bowie/NIN), mon oreille est donc assez attentive aux bonnes notes et paroles variées.

    Grand fan de l’acteur, j’ai donc pris mon billet (non VIP à mon grand regret mais vu le prix astronomique demandé…) pour le concert Parisien du 12 mai.

    Très bon concert dans une salle remplie. DD a su faire venir une majorité de fan de sa personne, c’est indéniable, mais il y avait aussi des mélomanes dans la foule.

    Il n’est certes pas un chanteur aussi aguerri que Tom Smith, Dylan ou d’autres mais sa touche personnelle rend ses chansons uniques (bien qu’empruntant parfois des sonorités à ColdPlay, REM ou Isaac mais quel artiste peut se targuer aujourd’hui de n’avoir aucune référence, surtout quand ce n’est pas son domaine de prédilection ?)

    Le show d’1h30 (et pas loin de 20 morceaux il me semble) s’est déroulé dans une ambiance folle, entrecoupé des dialogues de Moody avec le public (dans un français un peu approximatif mais on peut lui pardonner, il a fait l’effort).

    Sa reprise de Stay de Bowie était bien menée et l’aisance de Duchovny lui a permis une petite balade parmi la foule devenu limite hystérique.

    Au final, un concert très plaisant (avec 3-4 nouveaux) qui je l’espère en appellera d’autres (à Paris ou ailleurs)

    Réponse

Laisser un commentaire

Free WordPress Themes, Free Android Games
%d blogueurs aiment cette page :