Accrochez-vous à vos sièges, car oui, il y a les films, et bien sûr, il y a vos séries devant vos écrans, mais il y a également les comédies musicales, des spectacles à voir en live adaptées de films ou de romans, sur des airs plus ou moins connus, et qui commencent enfin à prendre un nouveau tournant en France.

SmallThings vous avait parlé de La légende du roi Arthur qui compilait tout ce qui rendait une comédie musicale kitsch à mes yeux, et Résiste que j’avais trouvée respectueuse et bien adaptée, cette fois-ci voici une classique qui débarque.

On a l’habitude de voir des adaptations de comédies musicales anglo-saxonnes dans nos théâtres, comme ça a été le cas avec Mamma Mia, ou encore Cats du mémorable Andrew Lloyd-Weber qui se joue actuellement au théâtre du Mogador à Paris, voici qu’une autre œuvre du grand maître débarque au même lieu adepte de la comédie musicale le 13 octobre prochain. Si je vous dis : Je sais que le fantôme de l’opéra est là en moi ? Eh oui, Le fantôme de l’opéra se jouera à Paris, pour la première fois, l’adaptation du roman de Gaston Leroux posera ses costumes dans notre contrée, et en français. En français, pour une première fois dans la version française du film du même nom, avec la voix de Cécilia Cara. Reste à savoir si la version française de la comédie musicale sera identique à la bande musicale du film.

Créée en 1986 à Broadway, la pièce est un véritable classique dans le monde entier. D’ailleurs, dans la version anglo-saxonne, il y a quelques années, Ramin Karimloo (Les Misérables) et Nicole Scherzinger (des Pussycat Dolls) formait un duo du tonnerre sur le titre lyrique pour une soirée spéciale Andrew Lloyd Weberaux Etats-Unis. Les représentations à Londres ont été un vif succès et toujours d’une beauté formelle.

Bref, Le fantôme de l’opéra a fait le tour du monde et existe en 13 langues différentes, et il s’agit, pour son 30e anniversaire, d’une véritable première fois. Ce qui demeure ironique en passant, avec une histoire écrite par un romancier français, qui se déroule au Palais Garnier… L’histoire justement, raconte celle d’une jeune ballerine, Christine, qui grâce à l’aide d’un homme (un peu bizarre) au visage difforme toujours caché par un masque, réussira à devenir la star du ballet. Tout ça durant la Belle époque parisienne. Le « fantôme », vit sous l’Opéra Garnier, tel un Quasimodo de Notre-Dame. Bien entendu, celui-ci tombe amoureux de Christine, qui est pourtant promise à un autre homme, le vicomte Raoul. Je vous laisse découvrir la suite en allant voir la comédie musicale dès le 13 octobre.

XVM3c97b090-d0ce-11e5-a4af-17769511dfe7-805x453

Personnellement, je ne vous cache pas que les adaptations françaises me font toujours un peu peur, surtout après avoir vu non seulement Mamma Mia! et La mélodie du bonheur en version française… Après, c’est vraiment nouveau que cette reprise du Fantôme (oui, les intimes disent fantôme tout court), et donc la surprise se garde au chaud.

(P.S. : Les billets sont déjà disponibles à la vente, notamment sur le site Ticket Tac ici.)