Nous continuons notre semaine consacrée à deux grands Héros, qui nous le rappelons une énième fois, débarquent sur nos écrans dans trois jours pour un combat dantesque dans Batman V Superman, en s’intéressant aujourd’hui à The Dark Knight de Christopher Nolan.

Nous n’allons pas réitérer les propos que nous entendons sur cette trilogie depuis sa sortie, qu’il s’agit d’une adaptation plus sérieuse et plus sombre du Chevalier Noir mise en scène avec brio par le cinéaste Britannique. Ceci étant dit, nous devons l’admettre, The Dark Knight est un long métrage remarquable aux qualités scénaristiques et filmiques certaines, souvent considéré comme le meilleur de la trilogie.

Dans ce deuxième opus, avec l’appui du lieutenant de police Jim Gordon et du procureur de Gotham, Harvey Dent, Batman vise à éradiquer le crime organisé qui pullule dans la ville. Leur association est très efficace mais elle sera bientôt bouleversée par le chaos déclenché par un criminel extraordinaire que les citoyens de Gotham connaissent sous le nom de Joker.

Batman The Dark Knight

Heath Ledger

Un grand réalisateur a dit « Plus le méchant est réussi, meilleur est le film » Vous savez de qui je parle. Ici, nous en avons l’exemple parfait puisque The Dark Knight nous introduit un anti-héros charismatique, emblématique et menaçant, le Joker, admirablement interprété par le regretté Heath Ledger. Si la prestation de Jack Nicholson dans le Batman de Burton reste dans nos mémoires, celle de Ledger a tout autant marqué par son jeu et son aspect réalistes et perturbants tout en gardant cet esprit complètement sarcastique. Ainsi, depuis Batman Begins, l’atmosphère anxiogène est montée d’un cran – voire plusieurs – au-dessus pour nous offrir un film haletant qui nous ne nous lâche pas deux heures trente durant. Et ce, notamment, grâce à un scénario très bien ficelé qui regorge de scènes passionnantes – mention spéciale à la séquence d’introduction qui nous plonge in medias res au cœur du sujet.

Un film de super-anti-héros ayant pour toile de fond un débat sans fin sur le pouvoir, le terrorisme et la responsabilité que chacun doit endosser. Dans cette même lignée, le film va plus loin dans les relations humaines, aussi différentes soient-elles, ce qui permet de creuser toujours plus les personnages et d’accroître l’empathie du spectateur à leur égard. De ce fait, à l’image du premier de la trilogie, The Dark Knight alterne subtilement les séquences d’action avec celles plus bavardes – dans le bon sens du terme.

Ajoutons à cela, la manière dont Christopher Nolan traite son histoire sur le plan scénaristique et filmique : sobrement. Le film n’en fait jamais trop, les différentes sous intrigues sont plutôt bien travaillées et exploitées, et plus particulièrement l’intrigue amoureuse – The Dark Knight nous sert tout de même l’une des séquences les plus tragiques de la trilogie et nous, spectateurs, en ressortons plus mal que jamais – de même que notre héros. Voilà l’un des enjeux et attraits de ce long métrage qui vacille constamment entre espoir et désespoir : Bruce Wayne est prêt à abandonner son statut pour retrouver Rachel, le Joker qui tourmente la population (rappelez-vous la confrontation finale), etc. Le deuxième film est littéralement le point de bascule entre ce qu’il fut et ce qu’il va advenir au sens propre et figuré.

Batman The Dark Knight

Aaron Eckhart, Gary Oldman, Christian Bale

Par ailleurs, ce second volet peut compter sur son formidable casting, que nous avons le bonheur de retrouver, à l’image du premier volet à une exception près : Maggie Gyllenhaal dans le rôle de Rachel Dawes qui succède à Katie Holmes pour notre plus grand plaisir. Mentionnons également la très belle performance d’Aaron Eckhart dans le rôle d’Harvey Dent. Enfin, Christian Bale est toujours convaincant dans le rôle de l’Homme Chauve-Souris mais comme il le dit lui-même, la performance de Ledger est si bonne, qu’elle lui fait de l’ombre. Nous ne le contredirons pas.

Vous l’aurez compris, The Dark Knight est une très bonne suite, captivante, qui va plus loin que son prédécesseur et qui retranscrit avec justesse les aventures de Batman, porté par un casting talentueux.