X-Files est revenu devant plus de 16 millions d’américains et il semblerait que la série surfe à nouveau sur la paranoïa non plus de fin de siècle, mais de celle du 21è siècle, nourrie par l’interconnection, l’afflux d’informations et l’égocentrisme ambiant.

On nous surveille, on nous contrôle et on n’a jamais été autant en danger. Par ces mots, Mulder renforce l’idée qu’un monde en expansion technlogique n’est pas la meilleure solution. En créant des solutions de défense, on crée des passerelles d’attaque. Et en nous assénant de messages, de conseils, de direction s à prendre, la population se sent avant tout contrôlée petit à petit.

Mulder et Tad O’Maley ont eu leur moment de gloire dans l’épisode 10×01 My Struggle qui ouvre cette saison 10 de 6 épisodes de X-Files. Si l’échange de mots était assez peu digeste, voici un petit récapitulatif qui donne les clés de la mythologie.

« Peu de temps après notre victoire contre l’Allemagne une nouvelle menace commença à apparaître dans le ciel Américain, attirée vers la Terre par la dernière menace de l’extinction, la bombe H.
Les explosions agissantes comme des transducteurs, dessinant des formes de vie aliennes à travers des trous de ver dans les vaisseaux utilisant la propulsion electogravité. »

Il vous y aller pour trouver un résumé facile de cet apport assez grossier d’informations.
« Une espèce extra-terrestre avancée nous rend visite, préoccupée par l’homme et son désir d’auto-destruction, déjouant notre annihilation à travers leur propre sacrifice comme les crashs à Roswell ou des villes comme Aztec. Les leaders mondiaux ont signé des notes de service secrètes orchestrant des études scientifiques de technologie alien et de biochimie. Des études top secrètes furent réalisées dans des installations militaires de la zone S-4 / D.A.R.C à Groom Lake, Wright-Patterson et Dulce, prelevant du tissu extra-terrestre. »

On explique que les zones militaires comme la fameuse Zone 51 (Groom Lake) sont des lieux d’expérimentations où les militaires usent et abusent de la technologie alien récupérée à Roswell.

X-Files-Cigarette-Smoking-Man-CSM

« Les tests ont été effectués sur des sujets humains innocents victimes d’enlèvements minutieusement élaborés, à bord d’engin utilisant la technologie alien récupérée à partir de soucoupes écrasées. Tests incluant l’hybridation humaine par de l’édition de gènes et de l’implantation forcée d’embryons extra-terrestres. »

Ici est résumé la mythologie de la série qui a parcouru les 9 saisons. Nous vous invitons à lire le gros résumé de la mythologie pur les plus courageux sur le site La Vérité Est Ici.

« Votre propre gouvernement ment à propos de l’essentiel, à propos de la politique des expériences Tuskegee sur les hommes noirs dans les années 30; Henrietta Lacks, un gouvernement cachant, stockant la technologie alien pendant 70 ans, au détriment de la vie humaine et du futur de la planète. « 

L’expérience de Tuskegee porte sur l’étude de l’évolution de la syphilis chez des patients qui ne vpouvaient pas être soignés fautes de moyens. Ils sont devenus des cobayes… Henrietta lacks est une sorte de héros. Cancéreuse, ces cellules malades sont depuis des modèles d’analyses car elles semblent ne jamais mourir.

« Conduite non seulement par une avidité sociale mais aussi… par un objectif plus sombre. Le rachat de l’Amérique Et celui du monde par tous les moyens nécessaires, parfois violents… ou cruels… ou efficaces, par de sévères sécheresses apportées par des guerres climatiques conduites secrètement utilisant des contaminants aériens et des ondes électromagnétiques de haute altitude, dans un État de perpétuelle guerre dont la gestion, les réactions et les solutions sont définis à l’avance pour distraire, enrager et asservir les citoyens américains chez eux avec des outils comme le Patriot Act et le National Defense Authorization Act qui écourte la constitution au nom de la sécurité nationale. »

Les règles d’une Société sont là pour limiter, réguler et contrôler les populations au lieu de créer des modèles de vie. C‘est édifiant de vérité avec un peu de bon sens.

« La militarisation des forces de police dans les villes à travers les Etats-Unis, la construction de camps de prisonniers par la FEMA (Agence fédérale des situations d’urgence) sans but avoué, la prise de contrôle de la nourriture et de l’agriculture, des médicaments et des soins de santé, et même de l’armée par les sociétés dans des programmes clandestins pour engraisser, calmer, écœurer et contrôler une population déjà consommée par la société de consommation. »

La société de consommation est un gigantesque terrain de jeu où les grandes multinationales tirent les ficelles pour contrôler les habitudes des foyers.

« Un gouvernement qui vous met sur écoute, collecte vos données, et surveille votre localisation avec impunité. Un gouvernement se préparant à utiliser ces données contre vous quand il attaque et que le rachat final aura commencé.  Le rachat de l’Amérique par un groupe d’élites multinationale bien huilée et bien armée qui abattra, tuera et subjuguera. Ça arrive pendant que nous discutons. Ça se passe tout autour de nous, l’autre chaussure attendant d’être lancée. »

La chaussure lancée est une référence à celle lancée sur Georges Bush par Muntadhar al Zaidi  en 2008. Le gouvernement n’est pas celui du peuple mais celui de gens avides de pouvoir. Cela rappelle essentiellement le discours de Mulder dans le prégénérique de l’épisode One Son en saison 6 où il décrit des hommes manipulant sans se souciant du peuple. Peit à petit, le peuple donne l’intime à travers les smartphones, les informations du Net, partagées, repartagées, créées. A force d’appartenir au World Wide Web, on appartient au Monde et à ceux qui le contrôlent.
« Ça commencera sûrement un vendredi. Les banques annonceront un plan d’action nécessitant d’éteindre leurs ordinateurs tout le week-end. L’argent numérique disparaîtra suivi de la détonation de bombes stratégiques  à impulsion électromagnétiques pour mettre hors d’état nos réseaux. Ça aura l’air d’une attaque de l’Amérique par des terroristes ou la Russie, ou une invasion alien simulée en utilisant des répliques existantes de véhicules  et qui sont déjà utilisés. Une invasion alien des États-Unis… Les russes ont essayé en 1947. »

Dans cette explication lourde de sens et lourde tout court, on annonce grossièrement encore qu’un crash arrivera un vendredi pour basculer le monde dans un chaos technologique. Tous les liens virtuels qui unissent les humains entre eux et entre les institutions seront annihilées. Libre à ceux qui tirent les ficelles (les Illuminatis si on va loin !) de faire passer ça pour une attaque terroriste ou « mieux » une invasion extraterrestre. Et pourquoi pas ?

1947 marque le début de la Guerre Froide, cette guerre psychologique où idéologie, propagande, psychologie et violence faisaient main basse sur un Monde coupée en deux.

Ce cheminement tortueux souligne avec maladresse la prise de position de X-Files version 2016 qui se doit de répondre aux peurs d’aujourd’hui. Peur n’est peut-être pas le mot puisque les gens sont de plus en plus aveugles face à une parano qu’ils pensent surestimée. Les éléments cités dans tout ce texte existe, ils sont juste détournés de la vision « grand public » de ce que la société nous promet, nous vend et nous donne.

X-Files revient finalement plus fort que jamais et toujours aussi pertinent, du moins dans son message de paranoïa. Au public d’ouvrir les yeux et de ne faire confiance à personne. Le problème est que cette phrase sépare les individus. L’impuissance de l’humain face à lui-même symbolise toute notre contradiction.