Mortal Instruments était un roman, puis un film, puis un flop au box-office et c’est maintenant une série… ratée.

On n’ira pas par 4 chemins, Shadowhunters, c’est nul. Mais vraiment.

En deux minutes, on est déjà face à des choix artistiques douteux. Tout est bancal. Les dialogues, la mise en scène, le montage, le scénario sont des ratages complets. La longue scène pré-générique fait sourire quand on voit les personnages faire des manières pour bien souligner leur caractérisation. Vous savez, ce genre de scènes où un personnage fait une action, s’applique dans tous ses gestes vu que c’est la première fois que le spectateur va voir l’action alors que le commun des mortels ferait ça à la va-vite… Ici, c’est passé un objet sur son avant-bras qui est d’un ridicule à toute épreuve. En pleine action, c’est encore plus ridicule comme dans la scène flashback où l’héroïne est sauvée par sa mère…

shadowhunters

Parlons de l’héroïne quelques lignes. Katherine Mcnamara est d’une beauté incroyable, une rousse flamboyante qui n’est pas servi par son rôle mais qui arrive à maintenir un petit intérêt. On n’avait plus connu ça depuis… Charmed. Shadowhunters passe alors dans la catégorie plaisir coupable. Cette pauvre héroïne ne sait pas ce qu’elle fait et pourquoi elle le fait. Elle réagit avec une telle incohérence que le spectateur peine à s’investir dans cette aventure. D’ailleurs les deux premiers épisodes ne raconteront rien de bien pertinent. Il est difficile de comprendre les tenants et aboutissants de la série tellement tout part dans tous les sens. La menace, les alliés ou l’entourage ne sont pas clairement définis, on sent une lutte de pouvoirs et d’espèces mais on ne sait rien des raisons. Il y a des méchants qui ne font rien pendant deux épisodes et des gentils qui font tout leur possible pour arriver à quelque chose. Oui mais quoi ? Le premier épisode va très vite et se perd dans un montage approximatif qui n’appuie aucunement la narration totalement explosée. Il y a des scènes de dix secondes qui semblent être des restes de brouillons de précédents scripts. Il y a tellement d’éléments que le scénariste lui-même ne sait pas quoi raconter et dans quel ordre. Regardez ce pilote entre amis, conseil d’ami justement.

Des personnages débarquent au détour d’une scène, sans background, en urgence et plonge l’héroïne dans un dédale d’informations qui semblent lui aller puisqu’elles ne posent que rarement des questions. Quand elle en pose, elle n’écoute même pas les réponses. Du grand art. En regardant pour la première fois le trailer du film sorti en 2013, je remarque une grande ressemblance de scènes et de personnages, c’est plutôt un bon point quant à la fidélité du support (sauf si le film n’a rien à voir avec le livre). Ce trailer est beaucoup plus attirant que tout le premier épisode de Shadowhunters et même davantage compréhensible. Premier épisode qui, d ‘ailleurs, se termine avec une scène sans conclusion. On nous coupe la chique nette. En regardant le second épisode, le Previously On est une catastrophe. On ne comprend pas plus l’histoire.

shadowhunters

Pour le seul plaisir des yeux proclamés coupables, Shadowhunters ne vaut clairement pas le coup. Il n’y a rien à retenir de la série si ce n’est un désir de faire une série fantastique pour ados avec coeur mais il manque tout le reste. Il existe donc encore des séries faites sans talent ! Ca fait du bien après tout cet âge d’or complaisant…..