Au HeroFestival, le panel consacré à Rose Leslie résumait avec de nombreux détails son parcours professionnel et dressait un beau portrait de la jeune actrice de 27 ans. Compte-rendu du panel et de notre entretien avec l’invitée phare du festival.

Au panel de l’actrice, le modérateur-interprète a remonté tout le passé de Rose Leslie. Née dans le nord (pas du mur, non) de l’Ecosse, au sein d’une fratrie de cinq, la jeune rousse s’est inscrite en cours d’arts dramatiques après avoir été recalée aux portes de l’université. Et puis, sa carrière se concrétise petit à petit.

Avant de décrocher le rôle de Gwen Dawson qui l’a révélée au public dans Downton Abbey, l’actrice avait gagné ses galons dans deux petits films indépendants. Ce qu’elle aime chez Gwen ? Sa détermination, sa force, et surtout cette volonté de changer de vie à une époque où tout semblait écrit à l’avance. Dans la dernière saison de la grandiose série, où elle fait un retour le temps d’un épisode, elle raconte avec enthousiasme combien elle était heureuse de revenir. Gwen s’est élevée, de domestique à secrétaire, et d’ailleurs avec l’acteur qui joue son mari, ils ont imaginé leur background marital. Retourner à Downton a bien sûr ravivé de nombreux souvenirs, la nostalgie, et de revoir tout le monde lui a vraiment fait plaisir. « C’était génial de revenir au château de Highclere, de revoir tout le monde comme si c’était hier. » Son retour était d’ailleurs plutôt circonstanciel, comme il s’agissait de la dernière saison, avant cela, la possibilité avait été évoquée sans jamais être saisie.

©HeroFestival

©HeroFestival

rose leslieDe plus, elle est revenue alors qu’elle a évolué à côté, avec Game of Thrones par exemple, donc elle n’est pas restée accrochée à la série mais a pu se faire un nom à côté. En mentionnant l’audition pour décrocher le rôle d’Ygritte, où toutes les rousses du Royaume-Uni s’était donné rendez-vous, elle n’espérait pas vraiment le réussir, mais quand elle a reçu le callback, alors qu’elle se promenait dans la rue, elle a complètement sauté de joie et a étreint des passants. Ygritte a vraiment évolué en quelques saisons, de cette Sauvageonne déterminée, elle s’est attachée à Jon Snow ce qui l’a adoucie. La saison 4 recèle un peu de cette femme rejetée et il n’y a pas pire colère que celle d’une femme rejetée. Pourtant, ils partagent des similarités, ils se battaient pour un but avec une même loyauté envers leur famille. Au départ, elle ne se rendait pas vraiment compte de l’engouement autour de la série, du coup, elle ne ressentait pas cette pression. Bien entendu, elle a lu les livres dès qu’elle a su qu’elle avait le rôle, donc elle savait pertinemment qu’elle allait mourir. C’était le moment de passer à autre chose. Son meilleur souvenir ? L’escalade du mur lors de la grande bataille. Le pire ? Tourner sous -18° en Islande. Les hommes avaient la barbe gelée et ses sourcils avaient pris un coup aussi. Concernant le tir à l’arc, elle devait s’entraîner deux semaines avant la reprise des tournages et faisait ses propres cascades.

Avec Case Histories, elle jouait une victime où elle meurt, ce qu’elle a toujours voulu expérimenter avant de le vivre encore plus grandement dans Game of Thrones.
Bientôt, on la verra dans la saison 3 de Luther ! Depuis le début de la série, elle est une grande fan, et travailler avec Idris Elba était comme un rêve. Elle y joue une inspectrice badass, on en saura plus après la diffusion le 16 décembre.

 

©BBC

©BBC

Honeymoon tourné cet été avec Harry Treadaway (Penny Dreadful) est le premier film où elle occupe le rôle principal. Petit projet, mi-horreur mi-science-fiction, c’est vraiment différent d’une grosse production à la Game of Thrones. Tout le contraire du Dernier chasseur de sorcières qui ne l’impressionnait pas car elle débarquait du tournage de la série de HBO. Mais ça la changeait d’évoluer dans un environnement moderne. « Définitivement plus agréable de tourner avec des vêtements modernes » confirme-t-elle. Son prochain personnage sera dans Sticky Notes qui se déroule à la Nouvelle-Orléans, où elle prend l’accent américain pour jouer la fille de Ray Liotta. Dans le long-métrage, on retrouve également Gina Rodriguez (Jane the Virgin) dont elle loue les qualités.
Est-ce que cela veut dire qu’elle va plus se concentrer sur les films maintenant ? Pas vraiment, car elle va où les rôles intéressants sont, que ce soit en Angleterre ou aux Etats-Unis, à la télévision ou sur grand écran.

Pour finir, comme durant un événement comme le HeroFestival, elle a adoré rencontrer les passionnés, et si elle devait se cosplayer, ce serait probablement en Spiderman !

(P.S. : Elle parle un peu français d’ailleurs, plutôt bien malgré tout.)