Nouveauté de la rentrée sur CBS, Life in Pieces est une comédie nous proposant de suivre à chaque épisode quatre courtes histoires au sein d’une même famille élargie. Le Network a d’ors et déjà annoncé qu’elle resterait dans sa grille pour une saison complète de 22 épisodes.

Le principe peut au départ nous faire penser à Modern Family : suivant les mésaventures d’un couple de soixantenaires et de leurs trois enfants, chacun à un stade différent de leur vie et présentant donc trois configurations différentes de la famille, la série semble nous proposer un éventail de situations possibles tout en les liant par les liens du sang.

A côté des (grands-)parents, nous retrouvons donc la configuration classique du couple avec trois enfants, la famille naissante avec les jeunes parents d’un nouveau-né et le frère divorcé, revenu sous le toit familial, et qui tente de refaire sa vie. L’ensemble est campé par un casting solide et d’emblée sympathique, quoique sans véritable prise de risque puisque chacune de ses têtes nous est familière pour l’un ou l’autre de ses rôles précédents.

LIFE IN PIECES is CBS's new single camera comedy about one big happy family and their sometimes awkward, often hilarious and ultimately beautiful milestone moments as told by its various members. Pictured left to right, Thomas Sadoski as Matt, Betsy Brandt as Heather and Colin Hanks as Greg. Photo: Darren Michaels/CBS ©2015 CBS Broadcasting, Inc. All Rights Reserved

CBS

Malgré sa ressemblance évidente avec Modern Family, Life in Pieces donne donc plutôt envie, ne serait-ce que pour le renouveau qu’elle peut apporter. Ses personnages sont très vite attachants et leurs interactions permettent facilement une identification du téléspectateur. Chacune des tranches de vie, enfin, qui nous sont présentées sonnent vraies et sont plutôt agréables à suivre.

Le problème, c’est que ce ne sont justement que des tranches de vie. Comme son titre l’indique, Life In Pieces ne nous donne à voir que des morceaux épars et le goût de trop peu se fait rapidement sentir. Tout y est et pourtant, ce concept de proposer quatre histoires à la suite, sans que rien ne vienne faire lien d’autre que le fait que les protagonistes appartiennent tous à une même famille, montre immédiatement ses limites.

Y a-t-il derrière cette idée un propos, autre que le besoin de se différencier des autres comédies familiales ? L’impression, très actuelle, que la vie est faite de moments et qu’il est de plus en plus difficile d’y voir un sens qui en ferait la synthèse ? Il est sans doute trop tôt pour le dire, tout comme on ne peut balayer la possibilité que les quatre histoires s’imbriquent de plus en plus au fil des épisodes. Mais le moins que l’on puisse dire est que le tout manque considérablement de liant, ce qui est dommage pour une série qui nous parle de ce qui nous lie (ou pas d’ailleurs) les uns aux autres au sein de la famille.