Retour sur Terre est un roman de Mélanie Rose, paru aux éditions de l’Archipel le 7 octobre dernier. On y rencontre Michaela, 25 ans, qui s’apprête à faire un saut en parachute avec ses collègues. Mais après s’être jetée dans le vide, une bourrasque l’emmène plus loin que prévu et, lorsqu’elle touche enfin la terre ferme, elle se rend compte qu’il fait nuit. L’aérodrome est désert, ses affaires ont disparu. Elle trouve refuge dans un bar où elle découvre, avec effarement, une affiche avec sa photo prétendant qu’elle a disparu il y a de ça six ans et demi…

Retour sur Terre est un roman très bien écrit avec un personnage principal superbement créé et des personnages secondaires tout aussi incroyables et touchants. L’histoire est originale et Mélanie Rose nous emmène dans un mélange des genres : entre comédie romantique, surnaturel et science.

retour-sur-terreMichaela est une jeune femme qui a tout pour plaire : elle est belle, intelligente, a un très bon poste et a rencontré l’amour avec Callum, un veuf de huit ans son aîné qui a déjà un premier enfant, Abbygail. Le jour où la compagnie pour laquelle elle travaille décide d’organiser un saut en parachute, Michaela n’hésite pas une seconde. Cela lui permettra de s’échapper un peu de sa vie de belle-mère bien sous tous rapports. Mais voilà, le vol ne va pas se passer comme prévu…

Arrivée à l’aérodrome dans la matinée, Michaela apprend tout ce qu’il faut savoir pour sauter en parachute. Le moniteur, Matt, lui fait du gringue et arrive à lui donner son numéro de téléphone avant de monter dans l’avion. Une fois prête à sauter, Michaela prend peur et laisse passer tous ses collègues avant elle. Le beau Matt finit par la rassurer et c’est peu confiance qu’elle se jette dans le vide. L’expérience est extraordinaire mais, très vite, une bourrasque l’éloigne des autres. Elle finit par atterrir un petit peu plus loin que prévu mais sans mal. Le problème ? Il faut nuit et l’aérodrome est désert ! Michaela va apprendre de la plus rude des façons que sa vie vient d’être totalement chamboulée, car six et demi se sont passés entre son saut et son atterrissage.

Mélanie Rose fait intervenir la police qui pense évidemment tout de suite à un enlèvement, prétendant que la victime a subit un tel choc qu’elle ne se souvient plus de rien. Les soupçons commencent à se poser sur tout le monde. Ainsi, un personnage que vous appréciez dès le départ va finir par montrer un côté un peu mystérieux et le lecteur ne saura jamais s’il faut lui faire confiance ou non. De quoi rajouter du piment à l’intrigue de Retour sur Terre !

En quelques paragraphes, Mélanie Rose arrive à envoûter le lecteur. Qu’est-il arrivé à Michaela ? Et surtout comment ses proches vont-ils réagir en apprenant qu’elle a finalement réapparu ? Parce que si, comme moi, vous pensez qu’ils vont l’accueillir à bras ouverts, vous vous trompez lourdement… L’auteur manie de main de maître les mots et les sentiments de ses personnages, arrivant ainsi à rendre l’histoire de Retour sur Terre totalement prenante et émouvante. J’ai particulièrement apprécié Abbygail, la belle-fille de Michaela car c’est une adolescente en pleine crise et notre héroïne est totalement perdue puisque, pour elle, elle a quitté une enfant la veille et se retrouve avec une ado le lendemain. Abby est un personnage important et très intéressant. Elle est lunatique mais cache simplement de profondes blessures et un manque affectif.

Mélanie Rose

Mélanie Rose

Avec tous ces retournements de situation, ces doutes, ces espoirs, Retour sur Terre arrive à bouleverser le lecteur, à le surprendre, et à le rendre totalement accro. Impossible de lâcher le livre des mains tant on veut découvrir comment la jeune femme va se sortir de ces mésaventures. Mélanie Rose arrive parfaitement à mélanger différents thèmes passant de la romance à la haine, du surnaturel aux hypothèses scientifiques, du tarot aux ondes gravitationnelles… Retour sur Terre est un livre complet, très bien amené, qui fait passer le lecteur par toute une palette d’émotion.  En bref, un livre captivant qui vous emportera dans un tourbillon de sensations !

« Sur ces affichettes est inscrite en grosses lettres la question suivante : AVEZ-VOUS VU CETTE FEMME ? Quant au visage de la disparue… il s’agit du mien. Une photo que Calum a prise la semaine dernière et qui, à ma connaissance, n’a pas encore été développée…

Outre cet invraisemblable portrait, autre chose encore finit par me glacer le sang : la date. « Cette femme a été vue pour la dernière fois le 15 avril 2002. »

Nous sommes le 15 avril 2002. Et je n’ai pas disparu. »