One Piece Logue Town, sorti en septembre aux éditions Glénat, est la version roman de l’Arc du même nom, dans l’univers de One Piece. Eiichiro Oda en est l’auteur et le dessinateur, tandis que Tatsuya Hamazaki s’est attelé à la version en tant que roman. Quelques scènes ont été ajoutées, ce qui en fait plus qu’une simple adaptation. Amis des pirates, embarquez !

One Piece n’est pas le seul manga à se voir peu à peu adapté en roman : c’est le cas de Fairy Tail, par exemple. Et c’est totalement logique, vu la longueur phénoménale de la série, soit presque 80 tomes ! Le récit en lui-même, Logue Town, est la suite du précédent roman basé sur One Piece, intitulé : À bas Gyanzack. Mais pourquoi une telle déclinaison en livres, me demanderiez-vous. Il a déjà été question du manga One Piece : La Malédiction de l’épée sacrée, qui n’était autre que la version manga… d’un animé japonais de la longueur d’un film, basé sur One Piece. Mais en dehors de celui-ci. Vous me suivez… ? Les différentes versions des mêmes histoires peuvent paraître vertigineuses à ce rythme. Le manga est si célèbre qu’il se décline en nombreux produits dérivés, ce qui est sans doute dû au cynisme du merchandising. Mais revenons à Logue Town. S’agit-il seulement d’une simple copie du manga ? Et bien non, ce n’est pas le cas !

Attention : spoilers dans ce paragraphe

one-piece-logue-townL ‘équipage de Monkey D. Luffy accoste sur une île de la Cité de Logue Town, afin de se ravitailler. Nous retrouvons comme toujours son vaillant petit équipage, composé de Nami, de Sanji, de Zorro, et d’Usopp. Notez qu’il manque encore Nico Robin, ou bien Chopper : ces personnages arrivant plus tard dans la série. Luffy découvre l’échafaud où le célèbre pirate Gol D. Roger a été exécuté. De nombreuses péripéties et pas mal de bagarres sont au menu. Les aventures de One Piece sont toujours aussi bien écrites et amenées, et le roman suit fidèlement le tout, tout en se montrant discret et fidèle par rapport à l’œuvre initiale. Tatsuya Hamazaki a fait du bon travail. Cependant, comment une ancienne partie d’une série peut-elle contenir des spoilers ? Tout simplement parce que Eiichiro Oda a décidé de rajouter quelques scènes inédites dans cette partie, car au moment où il dessinait le manga, il n’avait pas pu les placer, faute de temps. Le spoiler en question concerne le personnage Dragon, homme mystérieux avec un tatouage sur le visage. Il s’agit en vérité du père de Luffy, de son vrai nom « Monkey D. Dragon » et qui aide son fils discrètement, sans se faire voir de lui. Cela ne l’empêche pas de glisser au passage la phrase énigmatique : « Il a choisi de devenir pirate… pourquoi pas… »

Les aventures de One Piece sont tout aussi agréables et rafraîchissantes en version livre qu’en version manga. Le même rythme, le même bonheur, les mêmes aventures y sont retranscrites fidèlement. L’adaptation en tant que livre est donc une réussite. Une carte maritime basée sur l’œuvre, à la manière d’une carte au trésor, est à déplier au début du livre, et quelques illustrations se sont glissées au fil du roman. Tout est bien à sa place. Tout est parfait. L’enfant qui sommeille en nous sera heureux de parcourir les aventures mémorables de Luffy, comme si l’on se replongeait dans L’Île au Trésor de Robert Louis Stevenson. La fin est également mémorable.

« Moi, je veux découvrir All Blue ! » déclara Sanji.
Nul doute que le jour où son rêve se réaliserait, le tabac aurait pour lui comme un goût d’accomplissement personnel.
Son objectif.
Sa promesse.
Son devoir.
Son rêve.
« Moi, je vais devenir le roi des pirates !! » affirma solennellement Luffy.
Car tel était l’objectif de son périple.