C’est drôle, ça chante, c’est frais, Crazy Ex Girlfriend dépoussière la rom-com et la comédie musicale.

Développée à la base pour Showtime puis rachetée par la CW, Crazy Ex-Girlfriend mélange un grain de folie avec des mélodies et des chorégraphies dignes de Broadway. Accolée après Jane the Virgin le lundi soir, la CW prend vraiment un nouveau tournant artistique en allant chercher dans les créations très originales…

CEG ouvre sur un camp de vacances quand Rebecca Bunch (Rachel Bloom), l’héroïne se fait larguer par son copain avec seul argument qu’elle est « bizarre » et trop dramatique. Dix ans plus tard, sur le point d’être promue partenaire dans son cabinet juridique, une question philosophie tombe sur Rebecca, quand était la dernière fois qu’elle était vraiment heureuse ? Comme par hasard, dans la rue, elle croise à ce moment-là son ex-copain qu’elle n’avait pas revu depuis… eh bien, dix ans. Josh Chan (Vincent Rodriguez III) quitte New York pour retourner dans sa ville natale, West Covina, en Californie. Et sur un coup de tête, persuadée qu’elle est amoureuse, notre héroïne plaque tout pour se rendre à West Covina, loin d’être un lieu idéal.

©CW

©CW

Tout d’abord, oui, elle se met à chanter sans raison dans la rue. ET ALORS ?! Le premier vrai numéro musical de CEG se déroule à l’arrivée dans la ville et rend un bel hommage à Broadway (pas de marche !) avec un air qui reste dans la tête. Mais le suivant, The Sexy Getting Ready Song, plutôt R’nB penche vers les vidéos populaires parodiques actuelles à la Lonely Island (Dick in a Box), Epic Rap Battle (Princess Rap Battle) ou comme les tendances personnelles de Bloom. L’actrice principale mérite d’être mentionnée, connue grâce à ses vidéos YouTube dont la plus connue reste probablement Fuck Me Ray Bradbury (the greatest sci-fi writer in history), Rachel Bloom maîtrise tous les genres autotunés, mais aussi le rap respectable, sans oublier bien sûr son attachement à Broadway qu’elle apprécie particulièrement. Bloom possède un type d’humour assez classique en soi mais moderne sur le fond, très adéquat dans des sketchs, qui n’a pas peur de se moquer de tout le monde (dont les Juifs par exemple, comme elle et son personnage dans la série), beaucoup de grimaces, de comique visuel, le tout avec un naturel déconcertant. Puis, on voit enfin une actrice à la télévision qui gère la danse et le chant. Après, pour certains, tout ce qui touche à la comédie musicale persiste à être kitsch quelle que soit l’approche, donc on ne peut rien y faire…
A ses côtés, on retrouve quelques voix connues, Santino Fontana (la voix de Hans dans Frozen), ou encore Donna Lynne Champlin. Dans l’équipe créative, ce sont loin d’être des inconnus aussi. Marc Webb (500 jours ensemble) réalise ce pilot dont la scène avec la fanfare fait penser à la scène dansante avec Joseph Gordon-Levitt, Aline Brosh McKenna (Le diable s’habille en Prada) prête sa plume, puis bien sûr Rachel Bloom elle-même a conçu le concept et co-signe le pilot. L’écriture est brillante et c’est ce qui aide la comédie à ne pas tomber dans la ringardise justement.

Rebecca est « bizarre », ou du moins sujette à des anxiétés d’ordre psychologique vu la tonne de médicaments prescrits, mais aussi très attachante. Sa vie n’est pas que de la guimauve comme les mélodies joyeuses peuvent le suggérer. Sa mère mentionne une tentative de suicide, elle semble en dépression… Alors, peut-être, elle s’investit trop à fond dans chacun de ses projets, que ce soit son travail ou l’idée soudaine de déménager sur l’autre côte des Etats-Unis pour retrouver son ex-copain de deux mois, d’il y a dix ans. Mais, au moins, elle agit, et avec beaucoup de charme. Elle n’a pas de mal à décrocher un nouveau boulot en étant surdiplômée, elle est sociable, même si un peu… trop déterminée. Effectivement, Rebecca peut se définir comme féministe malgré sa folie amoureuse, et la série nous conforte dans cette idée. Sa collègue par exemple, qu’on aurait pu croire jalouse et vicieuse, va se révéler être d’une grande assistance. Yeah, la solidarité féminine. On passe même par un interlude d’un rappeur repenti.

Bien entendu, qui dit chaîne de network dit langage un peu plus léger, mais au final, les paroles restent bien osées, la dramédie n’en ressort pas plate comme on aurait pu le craindre. Atténuer la vulgarité n’est pas forcément un défaut, d’ailleurs, car certaines vidéos de Bloom sonnent un peu trash. Malheureusement, le pilot fait l’un des pires démarrages historiques pour la chaîne, je ne veux pas trop avoir d’attentes, mais bon… Voilà, j’admets, quand j’imagine une série musicale, je l’imagine un peu comme Crazy Ex-Girlfriend (ou comme la regrettée Smash) et pas du tout comme Empire où je n’adhère ni au genre musical ni télévisuel. Donc forcément, cette nouvelle comédie devient une excellente alternative. Le plus gros reproche que je pourrais faire, c’est le lip sync tellement flagrant que ça en est dérangeant. C’est en tout cas un vrai risque encore une fois que prend la CW… qui paiera, je l’espère.

Petit bonus :

(P.S. : Elle ressemble un peu à Cristin Milioti, non ?)