Il y a dix ans apparaissait sur The WB, future CW, les premiers épisodes d’une série qui compte aujourd’hui parmi les plus pérennes du paysage télévisuel américain : Supernatural.

Le parcours : Pilote diffusé le 13 septembre 2005 sur la CW. 11è saison en cours

Le résumé : créée par Eric Kripke, la série se présente à l’origine sous la forme d’un procédural horrifique mettant en scène deux jeunes frères, Sam et Dean Winchester, spécialisés dans la chasse aux phénomènes surnaturels. Parmi les invariants dessinant l’identité de ce show, on citera en priorité la voiture de Dean, héritage du père, véhicule leur permettant de sillonner inlassablement les Etats-Unis, mais aussi théâtre d’innombrables M.A.P. sur cette relation fraternelle, la musique Rock des années 70 et 80 les accompagnant où qu’ils aillent, et un large bestiaire puisant dans les contes, légendes urbaines, religions et mythologies en tout genre.

Le background : n’ayant jamais vu un seul épisode de Supernatural avant cette année, j’en ai dévoré les dix saisons diffusées jusqu’à présent en l’espace de six mois.

 

CW

CW

Amenez-moi le pilote : : après une scène introductive se présentant d’emblée comme le traumatisme originel marquant à jamais la destinée des deux frères, nous retrouvons un Sam, étudiant brillant et heureux en ménage, sur le point de vivre l’entrevue qui devrait lancer la carrière de grand avocat qui s’offre à lui. C’est évidemment ce moment clé que choisit son frère pour réapparaitre dans sa vie, sous la forme de l’inconnu tapi dans l’ombre de son foyer. Les retrouvailles se font donc sous la forme d’une première confrontation musclée nous démontrant à la fois la distance qui les sépare et l’entrainement dont ils semblent, l’un et l’autre, faire preuve face à ce genre de situation.

Et, de fait, quoique Sam ait manifestement tenté d’échapper à la vie de chasseur dans laquelle ils ont été entrainés malgré eux dès leur plus jeune âge, il accepte d’aider Dean à retrouver leur père avec lequel celui-ci a continué à traquer le surnaturel. D’emblée est donc posé un antagonisme, incarné par deux héros aux objectifs différents, entre le devoir et la poursuite du bonheur, l’héritage et la libre détermination.

CW

CW

Armés de leurs connaissances du surnaturel, les voilà donc partis sur la trace du fantôme d’une femme s’attaquant aux automobilistes, dont la présence dans la région alimente les légendes et les ragots. En choisissant cette figure largement répandue de la dame blanche pour son pilote, la série se présente à la fois comme l’occasion de titiller nos peurs et une chance de réinterpréter ces récits au sein d’un univers bien plus large, leur donnant un sens renouvelé. Ainsi, en fouillant l’origine humaine de ce phénomène, les Winchester offrent une explication psychologique à cette présence et parviennent à en désamorcer la puissance de destruction en la confrontant à l’émotion qui lui donnait vie, en l’occurrence ici la culpabilité.

Quoique n’ayant pas retrouvé leur père, la résolution de cette affaire semble devoir conclure la collaboration de Sam aux recherches de Dean et son retour à ses projets, ambitieux quoique bien plus ordinaires. C’est évidemment sans compter sur un destin qui semble vouloir s’acharner en faisant subir à sa petite-amie le même sort que sa mère vingt ans plus tôt. Prétexte classique, la perte de cet amour permet de clôturer l’épisode par le retour de Sam dans « l’affaire familiale ».

CW

CW

Le moins que l’on puisse dire est donc que ce pilote est extrêmement dense puisqu’il propose une double intrigue, tout en offrant suffisamment d’éléments pour caractériser le couple antagoniste de héros, ainsi que la promesse d’une quête plus importante. Les thèmes qui traversent la série s’y trouvent déjà ébauchés, tout comme les figures imposées constituant son univers. Ainsi, par exemple, la voiture y occupe une place de choix tant pour la résolution de l’affaire qu’en tant qu’accessoire de mise en scène, sans compter la force de caractérisation qu’elle apporte au personnage de Dean, à la fois conservateur et cool.

Ne se contentant pas de constater le surnaturel, mais y apportant son interprétation, laissant la part belle à la puissance des émotions, ce pilote de Supernatural m’a immédiatement happé. Jouant intelligemment des clichés pour les mettre au service de son efficacité, il se révèle extrêmement divertissant, tout en laissant entrevoir un questionnement plus ambitieux. Inutile de dire que cette première impression surprend pour un show dont la réputation de série de « beaux gosses » ne rend pas du tout justice aux nombreuses qualités.

Bon anniversaire, donc, et bonne saison 11 à tous !