La saison 2 de Fresh Off The Boat qui était l’une des meilleures comédies du cru de l’an dernier annonce bien la couleur, il y a eu les vacances en été, maintenant, c’est le retour à l’école dans la cour des grands.

L’épisode de cette rentrée cadre bien avec le calendrier, et le season premiere de la comédie d’ABC va nous raconter les « vacances » de la famille Huang.

Fresh Off The Boat s’était imposé avec ses 13 épisodes comme l’une des comédies les plus originales de l’an dernier. En suivant cette famille de Chinois dans les années 90 qui décide de déménager de Washington jusqu’à Orlando pour accomplir le rêve américain, le spectateur s’attache à ces gens un peu bizarres, comme avec la famille de Black-ish et la nostalgie des Goldbergs. Au programme de l’humour, les références pompeuses des chaussures de sport (petit jeu de mots raté) et de la musique hip-hop favorisé par le narrateur. FOTB se base sur le livre du producteur exécutif de la comédie, Eddie Huang, qui officie comme voix off généralement. Sauf pour cet épisode de reprise, où il cède sa place au petit Evan.

Personnellement, les séries comme celle-ci où on assiste à un clash des cultures, restent majoritairement destinées à un public américain selon moi. Ou alors l’ethnie présentée ne rira pas au même humour que les Américains. Là où la comédie se retrouve être une vraie réussite, c’est qu’elle a su doser le bon mélange entre les blagues destinées aux Caucasiens et les autres aux Asiatiques. Oh, Toto, we’re not in Kansas anymore. On peut citer de nombreuses références, la présence de la matriarche par exemple, comme dans Raising Hope, qui ne fait que parler sa la langue natale comme dans Jane the Virgin. En tout cas, ce season premiere nous replonge tranquillement dans leur atmosphère et profite du public des Muppets pour assurer son audimat.

©ABC

©ABC

Certains clichés ont la vie dure, et la radinerie des Chinois en fait partie. Dans ce dernier épisode, le côté économe va s’appliquer aux vacances, concept que les bons travailleurs semblent ignorer. Jessica (Constance Wu snobbée aux Emmys) va surveiller son mari (Randall Park coréen d’origine) qui part en « voyages d’affaires » près d’un parc d’attractions touristiques alors qu’ils se sont toujours promis de ne jamais partir en vacances car après tout, your job is a vacation from poverty ! Le point fort et faible de la série reposent sur son personnage. En effet, la chaîne a bien compris la popularité de la mère de famille, mais du coup, son rôle est privilégié par rapport aux autres, ce qui laisse son mari dans une sorte de zone floue. Il sert un peu, mais pas à grand-chose. Au niveau narratif, les enfants bénéficient de meilleurs arcs.

(P.S. : la reprise se fait en douceur, ils nous avaient manqué !)