Le retour de la série événement de Tim Kring est prévu pour le 24 septembre 2015. Mais pour patienter, NBC a diffusé une web-série, Heroes : Dark Matters, faisant le lien entre la série originale et Heroes Reborn. 6 épisodes qui annoncent la couleur…

Heroes : Dark Matters revient sur l’après-saison 4. Rappelez-vous, après avoir sauvé le monde des manigances de Samuel Sullivan, Claire Bennet révélait ses pouvoirs au monde entier. Plusieurs années plus tard, les Heroes sont déconsidérés, voire même jugés dangereux pour la société, et c’est dans ce but qu’un mystérieux activiste, Hero Truther, diffuse des messages informatiques pour dénoncer ce traitement discriminatoire de ceux appelés maintenant « EVOs » et appeler à la résistance. La web-série suit l’entrée en action de Phoebe Frady, douée d’umbrakinésie, soutenue par son demi-frère Quentin, qui enregistre tout.

©NBC

©NBC

La série n’invente pas la poudre : le sujet de la discrimination avait déjà été abordé, parmi d’autres, dans la saison 3 de Heroes, quand Nathan Petrelli décidait de capturer tous les « spéciaux », s’opposant par cela à son frère Peter. Dans un champ plus large, cette volonté de résistance, de combat de ces humains particuliers contre un monde qui ne les comprend pas est un propos que l’on a pu voir dans X-Men : Last Stand, de Brett Rattner. Mais il est assez bluffant de voir la maîtrise des réalisateurs et scénaristes quant à ces quelques épisodes de moins de dix minutes, réalisés, il faut le souligner, en found footage, caméra à l’épaule, de sorte que l’on se croirait dans un mini-Chronicle, où là aussi Josh Trank pointait du doigt les rapides dégénérations pouvant découler d’une utilisation maladroite des pouvoirs. Avec justesse, la série établit un pont entre anciens et modernes, se plaçant dans la continuité sans rejeter l’héritage laissé par Heroes, tout en affirmant maintenant son lifting original, d’où le titre Reborn. Ainsi, les fans de la première heure finiront par deviner l’identité de Hero Truther, et auront plaisir à retrouver, le temps d’un caméo, Jack Coleman en Noah Bennet, symbole de cette évolution, puisqu’il est le personnage qui établira les connexions entre les anciens et les nouveaux, connaissant tout des fonctionnements des premiers, et devant guider les autres. Ainsi, Heroes ne va pas se départir de ses caractéristiques premières, à savoir le combat pour la sauvegarde de l’évolution, mais s’offre une cure de jouvence bienvenue, avec une qualité qui rappellera les meilleurs moments de la série. Ces quelques minisodes se permettent quelques petits easter eggs (la mention de Mohinder Suresh, qui a bien changé, ou encore les noms de plusieurs programmes tels le Shanti Virus ou les événements de Coyote Sands), et une touche d’humour, bien aidée par la bonne performance de Henry Zebrowski en nouveau héros prenant de plus en plus conscience de la portée que devra avoir son engagement.

Heroes Reborn : Dark Matters, Partie 1 (Vostfr) from Heroes Reborn France on Vimeo.

Entre ombre et lumière, rupture et mouvement ascendant, Heroes : Dark Matters constitue un point d’ancrage sinon indispensable, du moins fortement conseillé, pour patienter avant Heroes Reborn et recevoir celle-ci à part entière. Au-delà de l’aspect utile, la minisérie est très agréable et soulève des questions dont on a hâte de voir les premiers éléments de réponse dans les treize épisodes à venir. Heroes semble avoir appris et avoir grandis. Réponse en septembre !