Le tome 6 de Kamikaze Kaito Jeanne est paru chez Glénat au mois de juin. Nous avions laissé Maron Kusakabe, alias « Jeanne la Cambrioleuse », en proie à des doutes terribles, suite à la trahison de Finn. Sans son petit ange gardien, et avec son rosaire changé en pierre, elle ne peut plus se transformer. Mais que se passe-t-il, suite à son évanouissement, lorsqu’elle se retrouve nez à nez avec Jeanne d’Arc la veille de son exécution ?

En effet, elle a fait un voyage dans le temps, grâce à Noin, censé la protéger. Comment Maron va-t-elle réagir, devant cette figure historique dont elle est la réincarnation ? Voilà encore un tome rempli de magie et de mystère comme seule Arina Tanemura sait le faire. Émotions et rebondissements sont de nouveau au menu de cette mignonne mais passionnante histoire, de Kamikaze Kaito Jeanne !

Maron se montre d’emblée impuissante au début du manga, car elle est incapable de se transformer. Pourtant, contre toute attente, et au risque de changer le cours de l’histoire, elle veut tout faire pour sauver Jeanne d’Arc, tandis qu’elles s’échangent des paroles à travers les barreaux de sa prison. Le lendemain, Jeanne d’Arc sera exécutée. Mais si Maron parvient à la délivrer, son existence n’aura plus aucun sens, car Jeanne n’aura plus besoin de se réincarner. Cela signifie que Maron risque tout simplement… de disparaître. C’est déjà ce que Noin, son protecteur, essaye de lui faire comprendre. L’auteure a renforcé ce lien entre Maron et Jeanne en les dessinant quasiment pareilles. Une différence est à noter avec le dessin animé, où Jeanne d’Arc apparaît les cheveux courts, ce qui est déjà plus logique :

kamikaze-kaito-jeanne-1

Bien que nous ne connaissions que très peu de choses sur Jeanne d’Arc en tant que personne, la manière dont l’auteure traite le personnage est plutôt convaincante. Elle ne parle que peu de temps à Maron, mais elle a un caractère et un regard puissants. Elle se dit prête à se sacrifier, afin de purifier la ville des démons. Car la foule est bel et bien possédée par des forces occultes, provoquant ainsi sa mise au bûcher. Maron devra puiser dans tout son courage pour retrouver ses pouvoirs et se placer ainsi en tant que « combattante divine », au même titre que son illustre incarnation. Jeanne est placée en tant que pècheresse devant racheter la faute du monde, et dont le flambeau incombe à Maron, désormais !

kamikaze-kaito-jeanne-2Les deux derniers tiers du tome 6 de Kamikaze Kaito Jeanne reposent sur des rebondissements, à la fois amoureux, et amicaux, oui, cela peut sembler beaucoup. Après tout, nous sommes dans un shojo, et ce genre de situation est très courant. Mais comme toujours, chez Kamikaze Kaito Jeanne, c’est beaucoup plus profond qu’il n’y paraît. Car c’est auprès de la meilleure amie de Maron, Miyako, une fille au sale caractère mais attachante (on appelle ça un personnage « Tsundere » en japonais ! ^-^) que les choses se gâtent. Car Maron s’est trop détachée des personnes qu’elle aime, afin de ne pas trop révéler de secrets sur sa magie. Elle a ainsi mis à distance Chiaki, un jeune garçon lui aussi doté de pouvoirs magiques, et qui est très amoureux d’elle. Et bien sûr, elle ne s’est jamais confiée à Miyako, par peur de la mettre en colère. Et à cause des manigances des démons, et surtout de Finn, elle risque bien de les perdre tous les deux. Elle devra trouver des trésors de générosité pour surmonter ces épreuves, car à ce niveau-là, la magie ne peut pas l’aider…

Maron et Miyako : une amitié en danger ?

Maron et Miyako : une amitié en danger ?

On assiste donc à un trio amoureux déconcertant dans ce tome, et même à un carré amoureux à un moment donné. Mais tout est logiquement agencé, si bien qu’on n’a pas le droit de crier à la niaiserie, ni aux situations improbables. Ce genre de situation peut arriver dans la réalité, mais je ne peux pas trop en dire pour éviter le spoil. Quoiqu’il en soit, l’auteure a très bien compris que les sentiments peuvent faire aussi mal en amour qu’en amitié, et qu’avec cette dernière, cela peut être encore plus douloureux. D’autant plus que la pauvre Maron est déjà fragilisée par la trahison de Finn, juste avant ! La fin du tome s’achève sur un Cliffhanger au couperet, sur la dernière case… de la dernière page du manga ! La suite est donc toujours aussi attendue. Encore une histoire de Magical Girls pas du tout naïve de prime abord, et qui aborde des sujets graves et profonds, avec une dimension divine au ton juste et délicat.

La religion est omniprésente dans le manga, mais pas au sens sérieux du terme. Il s’agit davantage d’une dimension spirituelle, car on voit bien sur le costume de Maron en tant que « Jeanne la Cambrioleuse » des inspirations à la fois de type shintoïstes et chrétiennes. Elle possède un rosaire en forme de croix, il est toujours fait référence aux anges et aux démons, et Jeanne est l’envoyée de « Dieu ». D’ailleurs, l’exécution de Jeanne fait penser au chemin de croix du Christ, et on sait très bien pourquoi. Tout cela sert d’illustration et nous fait réfléchir, mais pas au sens pompeux du terme. Il s’agit de montrer deux jeunes filles, Maron et Jeanne, qui sont comme toutes les autres jeunes filles, avec un sens de l’honneur qui reste très fort chez elles. Avec Maron, c’est la relève, c’est « le vent qui se lève. » Ce n’est pas pour rien que « Kamikaze » signifie « vent céleste », en japonais.