C’est le 15 juillet dernier que le premier tome de la série de Bryan James LZR-1143, Contamination, est sorti en format poche chez aux éditions Panini. Un nouveau roman apocalyptique : le narrateur est une ancienne star de cinéma qui a tué sa femme mais qui ne se souvient plus des événements. Interné dans un hôpital psychiatrique, il se réveille quelques jours plus tard pour découvrir qu’il est seul dans le bâtiment. Dehors, la population avance lentement, certains en état de décomposition, et semble très attirée par la chair fraîche.

LZR-1143 nous présente un personnage hors du commun : Mike, un homme qui a tué sa femme à coup de club de golf. Interné dans un hôpital psychiatrique il ne se souvient que très vaguement de la scène du crime. Lorsqu’il se réveille quelques jours plus tard dans sa chambre, il se rend compte que les médicaments qu’on lui administre ne font plus effet. Il est capable de réfléchir par lui-même et se dit que c’est peut-être sa chance de s’échapper de ce bâtiment rempli de fous. Mais lorsqu’il ouvre la porte de sa chambre, l’hôpital est sens dessus dessous. Les médecins semblent avoir déserté les lieux. La télé annonce qu’une épidémie s’abat sur le pays transformant la population en zombie.

LZR-1143-ContaminationImpossible d’y croire… à moins que Mike ne soit réellement fou. Mais lorsqu’il rencontre un infirmier en train de manger un patient, Mike prend conscience de la réalité et s’enfuit. Il rencontrera une psychologue et ses patients qui ont survécu à la crise et, ensemble, ils vont tenter de trouver de l’aide.

Une folle aventure hors de l’hôpital les attend car le virus se propage à une vitesse exceptionnelle. Leur but ? Trouver une voiture, s’échapper de l’hôpital sans être mordus, trouver des secours et survivre à toute cette folie. Bien sûr les choses ne seront pas si simples…

Contamination, tome 1 de LZR-1143, est l’un des meilleurs livres de zombies qu’il m’ait été donné de lire. La narration revient au personnage principal, Mike, ancienne star de cinéma, qui ne sait pas si ce qu’il vit est la réalité ou bien s’il est toujours dans son lit d’hôpital en train de délirer. Le lecteur doutera également de toute l’histoire et jonglera entre les indices. L’humour particulier de Mike ainsi que son état psychologique sont les points forts de ce roman sombre et addictif.

Les autres personnages sont également très bien créés et amènent un peu de légèreté à cette histoire sanglante.  Fred, l’un des pensionnaires de l’hôpital, est celui qui m’a le plus fait rire. Traumatisé par ce qu’il a vécu dans sa jeunesse, il ne sait dire qu’un seul mot « Pancake ». Alors lorsque la situation est critique et que Fred, armé d’une poêle, se jette sur un zombie en criant « Pancake », le lecteur est obligé de sourire !

Vous l’aurez compris, LZR-1143 est un livre original malgré le goût de déjà-vu. Le style d’écriture de l’auteur m’a beaucoup plus. On rentre très rapidement dans le roman et chaque ligne a son intérêt. Je ne me suis ennuyée à aucun moment tant le récit est prenant. L’intrigue principale prend de l’ampleur vers la fin du livre et on se laisse surprendre par l’origine de l’épidémie.

Bryan James parvient à faire du neuf avec du vieux tout en rendant le lecteur totalement accro à l’histoire de Contamination. La fin nous laisse dans un suspense insoutenable, à tel point que j’ai été obligée d’aller lire le résumé du second volet pour me rassurer. LZR-1143 vous fera passer un très bon moment. Un livre à recommander à tous les fans du genre… et même aux non-fans !

« Découvrant la pièce et observant plus attentivement ses occupants, je lâchais un soupir. Évidemment. De mieux en mieux. Pas d’école de pole dance ou de boîte de strip-tease pour moi. A la place, j’avais trouvé une psy pouponnant trois détenus, qui avaient tous l’air plus barjots que le type qui venait d’essayer de me bouffer tout cru. Trois visages arborant divers degrés de stupeur se tournèrent vers moi.

– Pancake, dit le jeune homme en me saluant d’un hochement de tête. »