Pour préparer l’arrivée du préquelle de Wet Hot American Summer sur Netflix, on vous rappelle que l’été sera chaud au Camp Firewood.

De l’humour absurde plus gras que celui des Farrelly, dans la même veine qu’Apatow mais en plus lourd, le Wet Hot American Summer de David Wain ne semblait pas destiné à un avenir radieux à l’époque. Mais quand on se penche sur le casting à l’heure d’aujourd’hui, quel n’est pas notre étonnement de lire des noms comme Bradley Cooper, Paul Rudd, Amy Poehler, Elizabeth Banks… Sauf qu’il s’agit d’un film tourné 14 ans plus tôt, quand ces acteurs ne voulaient encore rien dire. Comme il fallait s’y attendre, le flop attendait la comédie au tournant. Cependant au fil des années, son statut a évolué, et on le considère désormais comme un classique de la comédie américaine.

Netflix a saisi l’opportunité, réunir les anciens de ce film pour refaire une mini-série en huit épisodes. Et si ça marche, pourquoi pas ne pas relancer d’autres films cultes ? Ils misent en tout cas tout sur le stardom.

L’histoire se déroule l’été 1981 au camp de vacances Firewood où la plupart des protagonistes occupent le poste de surveillants/animateurs. Le film s’attachait à la dernière journée de l’été alors que le Wet Hot American Summer: First Day of Camp, comme le dit si bien son titre, se passe exactement la même année, mais la première journée. Si la majorité du casting a re-signé pour cette aventure (y compris les noms cités au-dessus), s’y ajoutent Jon Hamm et John Slattery qui prennent des vacances après la fin de Mad Men. Avec 15 ans de plus, les acteurs reprennent leurs rôles de post-adolescents.

Les huit épisodes sortiront le 31 juillet, le temps de revoir le film.

(P.S. : Encore une fois, on dirait qu’il n’y a pas d’histoire… mais bon, pour le fan service.)