C’est à la Japan Expo que nous avons pu rencontrer le Joueur du Grenier, alias Frédéric Molas, et son acolyte Sébastien Rassiat, entre deux dédicaces et bravant la chaleur, pour une très agréable interview d’une demi-heure environ. Où il est question de séries, ciné, Youtube, et autres.

Que pensez-vous des webséries qui naissent sur Internet ? On a aujourd’hui Noob qui vient de produire une trilogie, on a le Visiteur du Futur qui marche bien, est-ce que vous pensez que c’est viable, à terme, au cinéma ?

F.M : Ca dépend du cas. Je pense que nous sommes bien trop spécifiques pour passer au cinéma. Le Visiteur du Futur…

S.R : Ca s’y prête, mais ils devraient résumer toutes les saisons faites jusqu’à présent…

F.M : Il faudrait rebooter, en fait. Mais Noob n’a pas fait un vrai film, ils ont fait la saison 7. Du coup, si tu regardes le film sans avoir vu la série, tu vas rien comprendre.

S.R : Voilà, c’est le plus gros reproche que je ferais aux films, c’est qu’on ne peut pas dire que ce soit un film isolé, ouvert à un public qui ne connaît pas la série. Ca vient en complément de tout ce qui a été fait avant. Du coup, il faut être habitués aux personnages, tout ça, pour entrer dans l’univers. C’est un film qui te tend pas la main, c’est le seul reproche que je ferais aux films

F.M : Le Visiteur du Futur, c’est pareil, ils faudraient qu’ils fassent un reboot pour que ca s’adapte en film. Voilà le principe du film : tu n’as pas besoin de voir la série avant. Dit comme ca, j’ai du mal à concevoir un passage au cinéma…

S.R : Après, ce sont des moyens de production différents, un film a un coût. Et comme tu disais, faudrait que ce soit un reboot, condenser toutes les bonnes idées de toutes les saisons d’une websérie pour en faire un film d’1h30, car après, c’est compliqué de mettre en place une ambiance, un univers sur 1h30. Voilà pourquoi le format websérie s’y prête mieux, finalement.

Et à terme, sur Internet, ou même à la télévision, vous pensez que c’est viable, que ca pourrait se maintenir sur la durée ? 

F.M : Je crois que la mode des webséries, c’était quand même quelque chose qui a marqué il y a deux trois ans, et qui est en train de s’effacer, j’ai l’impression…

S.R : J’ai l’impression qu’ils ont du mal à percer ; j’en vois beaucoup en festival, mais je les connais pas… Je sais pas si tu te rappelles, au TGS (Toulouse Game Show), y avait tout un coin webséries.

F.M : Ouais, y a énormément de gens qui tentent de percer avec des webséries, mais le problème, c’est qu’une websérie, c’est compliqué à faire, c’est long, ca demande de l’acting, des moyens, des personnages, et du coup c’est très dur de percer, surtout que l’offre est complètement bouchée. Quand Noob a commencé, y avait pas beaucoup d’offres, mais depuis le succès qu’ils rencontrent, tout le monde se dit « allez faisons notre websérie » en s’imaginant que c’est le bon plan.

S.R : D’ailleurs ils le disent, je crois que c’est Fabien (un des membres de Noob, ndlr) qui disait ca : eux aussi sont arrivés à une bonne période, où c’était pas bouché, ils étaient les premiers, donc au niveau de la promo c’était facile, car y avait pas trop de concurrence. Mais les gens qui veulent se lancer, bah voilà, y a Noob qui est gigantesque, c’est un monstre devant eux, donc voilà, faire une série d’heroic-fantasy, sur le thème médiéval fantastique, c’est compliqué, y a Noob et plein de webséries déjà en place, donc c’est dur de faire son trou.

Côté animation, maintenant, vous avez entendu parler de la polémique autour de Vice Versa, puisque le directeur de la rédaction du Figaro, François Aubel, a déclaré que le nombre de gens allant voir le film témoignait d’une « infantilisation de la société »…

S.R : Je savais pas que c’était une polémique, je pensais que c’était juste une tempête dans un verre d’eau…

F.M : Pour moi c’est pas une polémique, c’est juste que le mec est débile, quoi. Y a polémique quand tu peux être d’accord avec lui, or là tu ne peux pas être d’accord avec lui…

S.R : Ouais, quand ca soulève un débat, or y a pas débat, le mec est stupide… Il est juste enfermé dans ses trucs à lui, il s’ouvre pas au monde, il a pas vu le film, tout simplement, j’ai l’impression qu’il a pas compris les thèmes du film…

F.M : Mais si il a vu le film ! C’est juste que les lecteurs du Figaro ont 96 ans…

S.R : Puis c’est du troll ! Tu sais quand tu fous ca sur Twitter que ca va foutre la merde, faut arrêter : le « #infantilisation de la société », il est bien senti, bien placé, quoi

F.M : #niquelesjeunes quoi

S.R : Exactement ! C’est complètement ca.

F.M : Surtout, il balance ca sur Twitter alors qu’il y a pas un lecteur du Figaro qui doit avoir Twitter (rires)

S.R : Ils ont pas trouvé comment installer l’appli (rires)

Vous travaillez sur Youtube depuis maintenant quelques années ; pensez-vous, vous qui avez d’ailleurs déclaré dans la dernière FAQ que le JdG était proche de la fin, que Youtube est devenu une vraie alternative économique viable ? N’avez jamais vous eu peur que l’émission vous échappe, que du jour au lendemain l’émission ne fonctionne plus ? 

F.M : On a toujours cette impression. Pour l’instant ca fait des vues, ca marche encore, et puis du jour au lendemain, on va pas faire zéro vues brutalement, ce serait plus un déclin lent. Après, une alternative économique fiable, non : l’argent n’est pas sur Internet, encore, suffit de voir : on fait environ 10M de vues par mois ; si on était à la télé, on se ferait 800000 euros par mois, sans déconner, on serait millionnaires. Là, avec le nombre de vues qu’on fait, on arrive à peine à gagner le salaire d’un petit cadre, donc c’est loin d’être une alternative économique. Le pognon n’est toujours pas sur Internet, j’espère  que ca arrivera un jour, que les gens se rendront compte que le pognon n’est plus à la télé, parce que de nos jours, les jeunes ne regardent plus la télé. Autre gros problème, c’est que la qualité ne paie pas, ce qui compte c’est la quantité. C’est le plus gros défaut du système Youtube actuel : ca sert à rien de faire de bonnes vidéos, faut juste en faire plein. Tu peux faire plein de bonnes vidéos, mais en terme de rentabilité, financièrement, ca sert à rien de faire ce qu’on fait. C’est triste, on le sait, mais on continue à le faire parce que c’est ce qu’on aime faire.

S.R : Ca peut paraître très pédant, ce qu’on dit, mais par exemple, la dernière vidéo qu’on a produit (les RPG 3, ndlr), on a fait de la mise en scène, des guests sont venus, y a des costumes… et tout ca a un coût, finalement, et au final on a plus « perdu » de l’argent en faisant cette vidéo. Mais on l’a faite par plaisir, pas pour l’argent, c’est triste, mais bon…

F.M : On voit surtout que maintenant qu’on a une 2e chaîne (Le bazar du grenier, ndlr), où on fait des trucs plus « simples », on voit qu’en trois vidéos de Let’s Play pourris qui nous ont pris 2h à faire, on fait autant de vues que sur une vidéo qui nous a pris un mois à faire sur la chaîne principale. Et ca, je trouve que c’est triste. C’est la réalité, c’est comme ca, quantité vaut mieux que qualité sur Internet

Oui, on voit par exemple le Fossoyeur de Films qui avait tenté un crowdfunding parce que le matériel coûtait cher, et que pour qu’il continue de proposer de la qualité, il voulait avoir accès au meilleur matériel…

S.R : Oui parce que j’imagine que lui aussi fait ca par passion, il aime faire du cinéma, de la mise en scène, rajoueter des trucs qui touchent, donc tout ca a un coût…

De manière plus générale, quel est votre profil ciné/séries ? Sébastien, on sait que vous préparez des critiques sur la 2e chaîne, Frédéric, votre film préféré c’est Jurassic Park, et vous Sébastien c’est un de vos top 10, mais niveau ciné/séries, qu’est ce qui vous botte le plus ?

F.M : A part Game of Thrones qui semble l’évidence, tous les trucs que j’aime bien, intrigues politiques etc, je suis en train de regarder une série nulle à chier, mais que j’aime bien, je ne sais pas pourquoi (rires), qui s’appelle The Last Ship. C’est complètement bidon, mais je regarde. C’est que c’est du post-apo, et comme je suis un putain de fan hardcore de post-apo… C’est pour ca, tout le monde chie sur Walking Dead, mais moi je dis « mais moi j’aime bien » (rires).

S.R : Je trouve les personnages chiants, perso, mais après

F.M : Oui mais c’est du post-apo, alors (rires)

S.R : Moi j’aime bien toutes les ambiances un peu dark. J’ai vu que la saison 2 de True Detective a commencé, j’avais adoré la première, le cast du premier était pas mal. J’aime bien les séries policières comme ca, mais pas en stand alone, un peu comme CSI, ou les Experts, avec la même formule qui se répète. Sinon, Fargo, une des dernières séries que j’ai vues, qui était très cool, y a The Wire qu’il faut que je mate, tout le monde me dit de regarder, et sinon dernièrement, Daredevil fut une très bonne surprise. Après, les classiques, comme GoT, oui, les séries qu’on attend chaque année. Puis y a beaucoup de séries que je regardais qui sont terminées en fait.

F.M : J’ai pas trop le temps de regarder des séries, je t’avoue

S.R : Oui, je manque de temps aussi… Parks and Rec, en séries comiques, que je viens de finir, qui était vraiment bien, c’est l’humour que j’adore, un peu à la The Office, même style de réalisation

F.M : Je crois que ma série préférée c’est Scrubs. J’adore ce genre d’humour, c’est le genre qui me parle, c’est l’humour con.

S.R : Y en a pas trop des séries comme ca, je trouve.

F.M : Non, y en a pas trop

The Big Bang Theory, peut-être ?

S.R : Ah moi je déteste les séries sitcoms

F.M : Trop « geekpute », en fait

S.R : Puis moi quand y a du rire en boîte, je trouve qu’on se fout de ma gueule, genre « ah vas y c’est là qu’il faut rire parce que l’autre a dit ca… »

F.M : The Big Bang Theory c’est « geekpute » : c’est genre quand c’est de la référence geek « insert popculture here », c’est genre « ah oui, machin… »

S.R : « Il en met du temps, comme la version longue de Star Wars ! »

F.M : Voilà, « oh regardez c’est Flash ! »

S.R : Ils ont tous des Tshirts Superman, Flash… Ca en fait trop.

F.M : Ca en fait trop, c’est vraiment le truc fait pour attirer les geeks volontairement, et j’aime pac ca. A l’inverse, Community, qui est une excellente série

S.R : Très pointu, avec deux niveaux de lecture.

F.M : Community est une excellente série, geek, mais qui ne se prétend pas geek. Community, c’est pas « regardez-nous on est geeks », c’est blindé de références geeks, qui parofis sont super subtiles. Un plan où un mec va sortir une référence à un truc de la popculture, sans forcément l’appuyer, ou un plan tourné comme une scène d’un Matrix, des trucs comme ca.

S.R : Les épisodes de paintball sont gavés de références, de clins d’oeil, mais faut aller les chercher, les comprendre

F.M : Tu sens que c’est pas une série genre « regardez on est une série pour geeks », plutôt « regardez, on est une série sympa, et si vous connaissez des trucs, ca va vous parler »

Et Doctor Who, suivie par pas mal de Youtubeurs ?

S.R : Moi j’aime bien. Je trouve pas que ce soit fantastique, génial etc, surtout vu que dans les dernières saisons, le scénario est complètement parti dans tous les sens, mais je trouve qu’ils osent ! La BBC produit, c’est hallucinant d’avoir une chaîne nationale qui met des billes dans une série de SF, qui part dans tous les sens. Puis ils osent mettre plein de créatures improbables, puis c’est culte quoi ! Ca fait partie de l’histoire de la télé anglaise ! Je suis hyper jaloux, je me demande pourquoi en France on est pas capable de produire un truc comme ca… Ca fout la honte !

F.M : Parce qu’on veut pas, tout simplement. Parce qu’on fait des séries pour les vieux, quoi. Y a eu un article y a pas longtemps, qui disait que les scénaristes commencent à être gavés, et commencent à se barrer ailleurs, parce que chaque fois qu’ils veulent faire un truc original, on leur dit « Nooon, c’est pour les vieux qu’on produit »

S.R : C’est triste… Mais Doctor Who, c’est très bien ; le reboot de 2005 est parti dans une bonne direction, le cast est super bien : David Tennant est formidable, je suis un peu moins fan de Smith, et j’aime bien Capaldi, je trouve que ca apporte une nouvelle direction assez fraîche, celle du vieux grumpy, puis il est assez classe. Donc voilà, Doctor Who, très bonne série, à voir

F.M : Moi je ne regarde pas…

En termes de séries, d’ailleurs, quel jeu selon vous pourrait faire une bonne série, ou un bon film ? 

F.M : The Last of Us

S.R : Je pensais à ca aussi. En même temps, niveau cinématographie…

F.M : Oui voilà, ou tu prends les Chevaliers de Bafomet, ca ferait un bon thriller, parce que c’est vrai que niveau film… Mass Effect aussi !

S.R : Ah ca tu en fais un space opera, pas un film !

F.M : Tu fais une trilogie !

Et est-ce qu’on peut imaginer un hors-série spécial séries, ou séries des années 90 ?

F.M : On en a déjà fait, non ?

S.R : C’est vrai qu’on en a déjà parlé. Un peu de production, vite fait

F.M : Ouais, ouais, vite fait… Oui, disons que ca peut arriver

Au cinéma, la multiplication des remakes, reboots, notamment Jurassic World, Terminator Genisys, et avec Robert Zemeckis qui s’est déclaré totalement opposé à un remake de Retour vers le Futur, qu’en pensez-vous ? 

F.M : Quand c’est bien fait, je dis pas, mais bon… Jurassic World était une purge, Terminator Genisys c’était vraiment pas terrible, et puis Retour vers le futur faut clairement pas y toucher, les films sont parfaits, faut rien y changer.

S.R : J’ai vu un réalisateur qui disait qu’il fallait pas gueuler, qu’on s’en foutait, car le fait de faire des remakes ratés sublimait les anciens films…

F.M : Ouais mais non, c’est de l’argent jeté par les fenêtres, aussi.

S.R : Oui bah ca c’est le problème des studios, aussi. Je sais pas si Robocop a marché, en tout cas…

F.M : Ah si, Judge Dredd en reboot était fantastique !

S.R : Ouais mais eux ont pris une autre direction…

F.M : Oui voilà, à ce moment là tu prends une autre direction !

S.R : Je me rappelle aussi de La Dernière Maison sur la Gauche, le remake est très bien, l’ancien de Craven a mal vieilli, je trouve. Voilà, dès qu’il y a besoin d’un bon coup de peinture, c’est cool, mais y a des classiques, je me pose la question… Est ce que Star Wars IV sera remaké, est ce que Les Dents de la mer sera remaké, des classiques comme ca, tu vois

Puis ca envahit le paysage cinématographique, maintenant, avec Jurassic World, Terminator Genisys, on ne peut pas vraiment parler de nouveauté, d’originalité, en termes de blockbusters estivaux…

S.R : Ouais, après, dans les bacs DVD, tu t’y perds : The Thing, le remake est aussi une suite, mais ca s’appelle The Thing aussi, je comprends pas.

F.M : Idem pour les jeux vidéos, on est dans une période où y a que des remakes, la génération Xbox One/PS4 est celle des remakes

S.R : Ca je me tue à le dire à tout le monde : le jeu vidéo suit la même tangente que le cinéma. On arrive à une certaine époque où on a du mal à trouver des idées, du coup on pioche…

F.M : C’est pas qu’on a du mal à trouver les idées, c’est qu’on a peur de trouver des idées. Les studios sont tellement dans une situation où les jeux coûtent tellement cher à faire

S.R : Tu prends des noms, des valeurs sûres…

F.M : Comme les jeux coûtent tellement cher à faire, et que les studios ont tellement peur de se planter (un échec et ton studio ferme tellement les jeux coûtent cher à faire), tu passes 5 ans à développer ton jeu, c’est un bide, tu es mort…

S.R : Du coup, créer une franchise qui marche, tu la gardes !

F.M : C’est pour ca qu’il y a le 50e Assassin’s Creed

S.R : Call of Duty, tout ca, ca marche, ca se vend, donc on continue !

F.M : Pas de risques, c’est le mot d’ordre des jeux vidéos récents

S.R : Et niveau nostalgie, Final Fantasy 7, tous les vieux de la vieille veulent un remake, on leur donne quoi ! Et les versions HD, remasterisés, tout ca, c’est pareil… C’est un peu triste, mais bon…

F.M : Oui, c’est carrément triste ! De temps en temps, t’as un mec qui tente un coup, qui sort LE Mad Max, ouf, ca marche ; LE Last of Us, et ca marche, le mec souffle, tu vois. Mais des gens qui osent des novuelles licences, y en a de moins en moins

S.R : Parce qu’ils ont peur, ils se chient dessus…

Et plus généralement, vous préférez un bon blockbuster, un film d’auteur, ou un DVD à la maison ?

F.M : Un bon blockbuster, un truc où je réfléchis pas, qui explose de partout pendant que je mange mes popcorns

S.R : Moi ca dépend de mon humeur, en fait. Au cinéma, c’est vrai que c’est plus intéressant d’aller voir des blockbusters, car même si c’est débile, au moins t’es dans le confort d’avoir un grand écran qui pète bien, mais ca dépend. Moi, c’est plus un film qui te remue, dans tous les sens du terme. Toi Fred je sais que t’aimes pas les films d’horreur, mais moi j’aime bien, ou qui te fasse pleurer. Genre Vice Versa, il est vraiment génial, hyper réussi. Tout dépend des humeurs, mais bon, un Sharknado… quoi que c’est plus à télécharger, ca (rires). Un film d’auteur ca dépend, pas les français en tout cas, j’ai déjà donné.

A la télé, avec les Guignols qui ont failli disparaître, vous qui maniez surtout l’humour très « Monty Python », la parodie comme pour le Zelda (Papy Grenier), qu’est ce que vous pensez de toute cette affaire ?

F.M : Personnellement, je ne suis plus les Guignols depuis longtemps, car je les trouve très consensuels. Ils sont vraiment devenus très choquants au niveau des blagues. Ils sont devenus tellement consensuels… Les quelques dernières fois où j’étais tombé dessus, je me disais « ouais bon, ouais… ». Y a plus les trucs du genre « ispice di counasse », la blague qui va un peu trop loin, ca y est plus aujourd’hui. Si ils avaient disparus, j’aurais trouvé ca dommage, mais j’aurais pas crié « Ah la censure, blablabla ».

S.R : Moi aussi, voilà, ca fait 30 ans qu’ils sont à l’antenne, c’est normal qu’un programme soit déprogrammé au bout d’un moment.

F.M : Après, le mode hebdomadaire peut éventuellement leur faire reprendre du peps

S.R : Puis c’est chaud à faire, j’avais vu des makings-of, la conception des Guignols, c’est vrai que c’est un rythme hallucinant

Et sinon, pour vous les testeurs de jeux rétros, c’était mieux avant ? 

F.M : Non. De toute facon, tout argument à base de « c’était mieux avant » est une connerie. Moi j’aurais tué ma mère pour avoir joué au DBZ Butoden de maintenant, là

S.R : Aux jeux en 3D super bien faits…

F.M : Clairement non, c’était pas mieux avant, c’était différent, certains trucs étaient mieux, certains trucs moins bien. On en revient à la prise de risques : avant, les jeux, tu les développais dans une cave avec quelques personnes, maintenant c’est un studio de 300 personnes qui restent 5 ans dessus, donc évidemment que les enjeux ne sont plus les mêmes, les choses ont changé. C’était pas mieux avant, c’était juste différent, et il faut retrouver le goût du risque, oser un petit peu plus, c’est pour ca que finalement, les jeux qui marchent le mieux sont ceux qui osent un truc différent, qui ont l’idée, Minecraft par exemple.

S.R : Aujourd’hui, les jeux c’est une industrie, c’était pas trop le cas à l’époque, où les jeux étaient pour les gamins. Les jeux maintenant ont des cibles énormes, les trentenaires jouent à fond… je crois que c’est le média le plus fort, au dessus du cinéma

F.M : Ah ca oui, ca fait longtemps que c’est au dessus du cinéma…

S.R : Oui voilà, c’est pour ca…

Les deux se mélangent : on a par exemple Kevin Spacey, qui joue à Call of Duty dans House of Cards, et est tellement fan du jeu qu’il joue d’ailleurs un rôle dans le dernier opus…

S.R : Un peu comme la série, qui est redevenue classe aux Etats-Unis, maintenant les acteurs font le yoyo entre cinéma et séries, sans que ce soit péjoratif : une série one-shot, et ils repartent au ciné. McConaughey, par exemple, a fait True Detective, et a eu un Oscar, c’est hallucinant, et on verra jamais ca en France. Chez nous, passer à la série TV, c’est que la carrière a pris un tournant négatif quoi. Donc si le jeu vidéo peut devenir un vecteur d’aspiration des talents du cinéma, pourquoi pas… Y a Spacey, mais y a d’autres acteurs connus, comme Ellen Page aussi, dans Beyond Two Souls. Si on gratte un peu y a pas mal d’exemples?

Dan Castellaneta qui a fait la voix du Génie dans Aladdin 2 et Kingdom Hearts…

S.R : C’est Homer Simpson ! Voilà, une frange du jeu vidéo commence à avoir ses lettres de noblesse… Comme le cinéma : y aura les nanars d’un côté, les chefs d’oeuvre de l’autre, ca va être divisé en deux. Puis les coûts de production, le fait que ce soit une industrie, font qu’on aura chaque année le Assassin’s Creed, le Call of Duty…

F.M : Ils peuvent les sortir, moi j’y jouerai pas !

Merci infiniment au service presse de la Japan Expo, ainsi qu’à Frédéric Molas et Sébastien Rassiat pour leur disponibilité et leur gentillesse immenses !