La suite et fin de One Piece – La malédiction de l’Épée sacrée (t2) est également parue le 6 mai dernier aux éditions Glénat. Il s’agit d’une histoire tirée du film du même nom, scénarisé par l’auteur de la série, Eiichiro Oda, et sorti en 2004 au Japon. Le tome 2 voit la conclusion de cette petite histoire divertissante, dans la bagarre et les cris, comme tout bon manga qui se respecte !

Je suis… le plus fort… de tous les pirates !!!

Cette histoire n’est autre que la suite du film One Piece Dead End qui était paru en histoire papier également chez Glénat. Cependant, La malédiction de l’épée sacrée est un récit parallèle à la série principale. Toujours sur l’île d’Asuka, notre fine équipe tente de déjouer la malédiction qui frappe les habitants en la protégeant de la lune rouge. Je n’ai pas pu m’empêcher de faire le rapprochement avec Fairy Tail, autre manga, qui relate l’épisode de l’île de Galuna. L’histoire était très similaire, avec une lune qui était responsable de la malédiction de l’île. Il est fort probable que Fairy Tail se soit inspiré de One Piece, car le film en lui-même existe depuis plus longtemps. En ce qui concerne One Piece, le tome 1 permettait de bien mettre en place l’histoire, avec un scénario bien défini. Le tome 2 de La malédiction de l’épée sacrée, quant à lui, passe à l’action. Saga, le protagoniste, est maudit par l’épée et devient de plus en plus incontrôlable. Sa bien-aimée Maya tente de conjurer le mauvais sort avec ses pouvoirs de prêtresse, mais il faudra le courage de Zorro, et bien sûr de Luffy, pour combattre Saga, le méchant/Boss de cette histoire.

one-piece-malediction-epee-t2En tant que Capitaine, je décide d’assister à ton combat !

Evidemment, tous les éléments de One Piece sont résumés ici. Le « méchant » de l’histoire est inquiétant au début, puis devant les attaques, se braque et se transforme pour devenir encore plus puissant. Comme dans Dragon Ball Z où les mutations pour devenir « de plus en plus fort » mettent à mal les héros, qui doivent AUSSI devenir de plus en plus forts, (et là, j’enfonce des portes ouvertes !). Luffy gonfle des muscles et Zorro utilise ses trois sabres pour contrer Saga. Mais le tout manque de précision, sans doute parce qu’on n’assiste pas à la diffusion du film en lui-même. C’est le seul défaut que j’ai noté, ça et le fait que le fond du scénario, qui enchaîne les révélations dans le tome 1, est relativement mis de côté dans le 2, qui ne se consacre qu’à la bagarre. C’est dommage. Mais l’esprit bon enfant subsiste, et tout est bien qui finit bien.

Cet épisode de La malédiction de l’épée sacrée reste un bon divertissement, qui m’a fait énormément pensé à deux grandes sagas : Dragon Ball et La Bande à Picsou. Et je suis… sérieuse. Dragon Ball et One Piece puisent largement leur inspiration dans la mythologie orientale,  en particulier « Le Voyage en Occident », pour ne pas le citer. Ce n’est pas pour rien si la saga Dragon Ball et Dragon Ball Z, ainsi que One Piece, figurent en tête des shonen les plus vendus de l’histoire. Le côté « Bande à Picsou » revient chez moi  à cause de l’aspect « chasse au trésor » très présent,  ainsi que pour l’aspect dessin animé de notre enfance. Que de bons souvenirs ! Foncez lire La malédiction de l’épée sacrée, une histoire sympathique et divertissante qui vous donnera envie de voguer sur les sept mers. Et pourquoi pas se plonger dans la série des mangas et de l’animé, bandes de pirates que vous êtes ?