Murder (titre VF) débarque sur les ondes de M6 ce soir avec 4 épisodes spéciaux dès 20h30, avant de continuer le lendemain dans sa case horaire de 23h.

Qui n’a pas rêvé de pouvoir commettre un meurtre sans avoir à s’inquiéter des conséquences ? Ou d’être capable de le camoufler pour échapper à la loi ? C’est que vous allez apprendre dans How To Get Away With Murder 101, le cours de criminologie enseigné par la redoutable avocate Annalise Keating. Et si vous faites partie des plus doués, elle vous accordera une place de choix comme stagiaire dans son cabinet de droit pénal où les leçons théoriques se concrétisent, à savoir, libérer ses clients. Le ton est donné en tout cas dès le premier épisode :

Comment se sortir d’affaire d’un crime :

  • Étape une : discréditer le témoin.
  • Étape deux : présenter un nouveau suspect.
  • Étape trois : enterrer les preuves.

Voilà comment vous vous sortez d’un crime.

©ABC

©ABC

Viola Davis, nommée aux Oscars et aux Golden Globes entre autres pour des rôles précédents, et détentrice d’un SAG pour celui-ci, incarne le protagoniste principal, le professeur Annalise Keating dont les répliques assassines laissent plus d’un élève sur le carreau. La réputation de la star a créé le buzz autour de la série, mais sa véritable force repose dans sa performance. Annalise apparaît comme la prof que vous allez adorer détester, cassante, stricte, surchargeant sa classe de devoirs. Mais des scènes poignantes vont vous la faire adorer tout court. Elle déborde d’intelligence, de sarcasme, et inspire le respect et la peur à ses pairs, et Viola Davis dégage exactement ces sentiments.

Les personnages secondaires sont des têtes connues comme Charlie Weber (Buffy contre les vampires) l’homme à tout faire, Liza Weil (Gilmore Girls) toujours au second plan, et même dans les jeunes étudiants Alfred Enoch (Harry Potter) le gentil garçon, Matt McGorry (Orange Is The New Black) le lourd de service, Katie Findlay (The Killing) qui ressemble à la fille au tatouage de dragon. Mais on découvre aussi un peu plus des nouveaux talents comme Jack Falahee (Twisted) l’aimant à sexe, Aja Naomi King (Black Box) l’étudiante un peu lèche-bottes et Karla Souza (Verano de amor) l’eau qui dort. Et même s’ils rentrent dans des stéréotypes par moment, ils arrivent à retenir l’attention du public.

Une nouvelle production sortie droit de shondaland pour tous les amateurs de Scandal et de Grey’s Anatomy, Murder offre toutes les combinaisons possibles de romance, avec une intrigue mystérieuse digne d’un soap. Ce qui explique comment le public se retrouve complètement happé par l’histoire. Et avec le passé télévisuel de Shonda Rhimes, aucun personnage n’est à l’abri d’un adieu définitif…

La série représente des thèmes qu’on aime voir à la télévision, misogynie, homosexualité, racisme, tous les sujets chers à sa créatrice, que ce soit en bien ou en mal. En tout cas, la série pointe bien du doigt ces thèmes encore tabous sur la plupart des networks. Puis cela permet de créer des débats, et internet sait très bien s’emparer de ces choses-là. Les théories fumeuses potentielles font bien cogiter également.

Des moments WTF qui vont en laisser plus d’un ahuri. Entre les flashbacks et les dossiers juridiques hebdomadaires, les personnages n’ont pas le temps de souffler, et le spectateur non plus. Les scènes qui se déroulent au tribunal restent assez superficielles, Murder ne s’approche pas du tout des autres séries du genre comme The Good Wife par exemple, elles ne servent que de prétexte pour faire briller son avocate principale.

©ABC

©ABC

Matt McGorry (qui pense que le titre VF, Murder, rappelle plus un documentaire qu’une série) et Alfred Enoch se confient sur leurs personnages respectifs lors du festival de Monte-Carlo où nous étions. Et vous encouragent, bien entendu, à suivre la série.
Poour McGorry, Asher Millstone est l’équivalent de Mendez (Pornstache dans Orange Is The New Black). C’est un pur WASP avec ses problèmes de communication et avec ses travers. C’est un délice pour McGorry de jouer un salaud, il est plus libre dans son jeu. Quand on connait son rôle de Bennet dans OITNB, la différence est marquante…
Pour Enoch, Wes Gibbins possède une fibre morale dont ses camarades manquent certainement. Ses principes vont l’amener à défendre Lyla, et la situation commence alors à se complexifier. Selon Enoch, la série réussit joliment à montrer les personnages dans des situations différentes, Wes lui-même n’est pas l’étudiant type d’une grande école, mais petit à petit, il va prendre de l’assurance et apprendre à manipuler la vérité comme tout bon juriste.

Retrouvez les deux acteurs dans Murder sur M6 !