On avait adoré La cour des grandes paru en avril. Sans plus attendre, les éditions JC Lattès nous proposent Les jeux de garçons : le deuxième tome, ou plutôt la deuxième saison. Même si j’ai un peu moins adhéré au second qu’au premier tome, la série d’Adèle Bréau reste ma grande recommandation pour qui chercherait à lâcher prise avec un bon bouquin cet été.

Cette fois-ci, les filles ne sont plus au premier plan et les garçons leur volent la vedette. On retrouve avec plaisir Max, Vincent, Adrien, Christophe, mais aussi Fred et Jacques, dont on suivait l’évolution dans La cour des grandes par le truchement des filles. A la fin du premier tome, on était restés sur notre faim concernant Christophe… Que faisait-il donc dans les douches des vestiaires du court de tennis, surpris par Vincent ? On apprend à mieux les connaître les garçons, au fil de ce roman où ils ont enfin tout le loisir de s’exprimer.

Adèle Bréau s’amuse de la manière qu’ont hommes et femmes de percevoir les choses différemment. Alors qu’on avait par exemple connu Max en loseur dans les yeux de Mathilde, on le découvre dans Les jeux de garçons sous un angle plus intimiste : on fait la part des choses à la lecture de ses doutes, ses peurs… On admet que, finalement, Mathilde ne se rend peut-être pas bien compte de la difficulté de sa situation… Et ainsi de suite pour les autres personnages : on quitte le point de vue des filles, leurs exigences, leurs déceptions, pour se pencher sur le quotidien des hommes de leur vie. Et non, en fait, pas si ingrats, les mecs ! Surtout maladroits, un peu paumés, la peur de vieillir au ventre.

jeux-de-garconsPour Les jeux de garçons, Adèle Bréau fait un choix inattendu : elle rembobine le temps et on se retrouve à nouveau au début de La cour des grandes. Sauf que l’on sait déjà ce qu’il se passe, même si ce n’est que par l’intermédiaire des filles. Ce second tome se passe en quelque sorte dans les coulisses de La cour des grandes. Un choix audacieux, original, mais qui crée certaines longueurs. Arrivés au milieu du roman, on aimerait bien découvrir la suite de l’histoire… Même si l’on apprend quelques petites choses ça et là sur les uns et les autres, Adèle Bréau peine à relancer notre intérêt. Mais à la fin du livre, surprise : on a de l’inédit, et même un gros teaser pour la suite (car il y aura bien une suite !).

Derrière ces histoires entremêlées, ces dialogues contemporains et pleins d’humour, on entrevoit le propos de l’auteure. Pleine de rebondissements, la vie apporte son lot de changements et de choix à faire. Et on a beau se tromper, regretter, revenir en arrière, on a tous droit à une seconde chance. Les couples des Jeux de garçons se sont connus il y a déjà longtemps. Aujourd’hui, ils revoient leurs projets et leurs envies, à la lumière de la quarantaine qu’ils viennent d’atteindre. Et pour le moment, chaque changement se solde par un happy ending.

Malgré les quelques longueurs et répétitions au milieu du roman, je le redis : La cour des grandes et Les jeux de garçons sont ma grande recommandation pour cet été. Détente, sourires et plaisir garantis. Cette série littéraire nous tient en haleine et on prend beaucoup de plaisir à découvrir la vie et les destins de ces personnages attachants.

Merci aux éditions JC Lattès pour cette belle découverte !

Le blog d’Adèle Bréau, « Debrief »