Un beau jour peut-être est un roman écrit par Lauren Graham, l’actrice qui jouait dans Gilmore Girls et Parenthood. Il est sorti en format poche chez Milady le 24 avril dernier. Un beau jour peut-être raconte l’histoire d’une jeune fille qui veut devenir actrice, mais se voit confrontée à la dure réalité du métier.

Frances Banks, alias Franny, rêve de devenir actrice depuis sa plus tendre enfance. Elle s’est donnée trois ans pour réussir et son échéance arrive à grand pas. Il ne lui reste plus que 6 mois pour faire ses preuves. Elle enchaîne les cours de théâtre et les castings tout en ayant un emploi de serveuse pour payer les factures. Elle habite en colocation avec deux amis, Jane et Dan, qui tentent eux aussi de réaliser leurs rêves à New York.

Un-beau-jour-peut-être-Lauren-GrahamSi Franny pensait pouvoir réussir en 3 ans, elle va vite déchanter. Ce n’est pas parce qu’elle jouait plutôt bien dans les pièces de théâtre de son lycée qu’elle est faite pour ce métier. Elle va rencontrer des acteurs à la grosse tête, des agents qui n’en ont finalement rien à faire d’elle et réussir à décrocher uniquement des pubs pour de la lessive ou des pulls. La réalité, elle la prend en pleine face : elle est plus serveuse que comédienne. C’est là que Lauren Graham fait fort. Avec Un beau jour peut-être, elle nous raconte de façon très réelle les dessous du show-biz et la déchéance de certains acteurs.

Un beau jour peut-être est un roman frais qui fera sourire le lecteur grâce à une héroïne un peu déjantée qui, même en pleine dépression, arrive à faire rire son entourage. Le petit plus de ce livre : des pages de l’agenda de Franny avec ses annotations, ses rendez-vous, sa liste de courses, son penchant pour les dessins de chevaux et… ses tentatives pour trouver sa signature pour les autographes. On a également droit aux messages sur le répondeur et on ne peut s’empêcher d’être comme elle : sur le qui-vive. On espère que son agent va lui trouver un bon rôle, on est dépité quand ledit rôle ne dure qu’une minute et n’a aucun dialogue, on espère qu’elle va trouver le bonheur.

Un beau jour peut-être parle des difficultés que rencontrent les comédiens mais pas seulement… Avec les autres personnages de ce roman, on découvre également les choix difficiles qu’il faut prendre lorsqu’on a des proches qui ne veulent pas d’un artiste dans la famille. Et bien oui, ce n’est pas un vrai métier voyons ! Tous les personnages tentent de trouver leur voie et à cela se mêle la quête de l’amour. Franny enchaîne les déceptions amoureuses et finit par s’enticher d’un acteur qui suit les mêmes cours qu’elle. Il commence à percer dans le métier et notre héroïne va vite comprendre que cela peut monter à la tête de n’importe qui !

Un beau jour peut-être est un bon roman, plutôt bien écrit et franchement sympathique à lire. Si l’histoire n’est pas mal, c’est un peu répétitif et pas vraiment novateur. Les chapitres s’enchaînent sans nous surprendre et c’est dommage. Lauren Graham a tout de même réussi à mettre beaucoup de réalisme dans son histoire et c’est ce qu’il faudra retenir.

« – Franny ?

Je ne vois pas qui me parle avec la lumière aveuglante du projecteur, mais, apparemment, il y a de l’exaspération dans l’air. J’ai le cœur qui s’emballe, les mains moites. Faut absolument que je retrouve ma voix, sinon je suis virée. Ou, pire, on va me débarquer de scène avec ces crochets géants que l’on voit dans les vieux films en noir et blanc. A l’époque de Shakespeare, quand le public vous trouvait nul, il nous mitraillait d’œufs pourris. Ils ne vont quand même pas oser. On est à Broadway tout de même, enfin j’espère. Ils osent…

La tomate rebondit sur ma jambe et vient s’écraser sur le plancher dans la scène. »