Kristen Wiig, l’ancienne star du Saturday Night Live, interprète une victime d’un trouble de la personnalité borderline dans une comédie acerbe. Après la sortie de son The Skeleton Twins acclamé au festival de Sundance, Welcome To Me rejoint également les rangs de la VOD.

Tout le monde s’est demandé une fois dans sa vie ce qu’il ferait s’il gagnait au loto. Pas quelques euros, non, on parle de plusieurs dizaines de millions d’euros. 87 millions de dollars plus exactement, montant auquel s’élève la cagnotte du loto que remporte Alice Klieg. Alice ne ressemble à personne d’autre. Outre le fait qu’elle soit atteinte d’un trouble de la personnalité qui la rend hyper narcissique, cette ancienne infirmière pour animaux vénère le show d’Oprah et la télévision, la sienne étant allumée depuis plus de 11 ans. En fait, comme des millions de personnes très probablement. Donc logiquement, grâce à ses gains, Alice va financer sa propre émission sur une chaîne locale proche de la faillite. Centrée sur elle, ses expériences, forcément. Le talk-show, partant d’une idée que les producteurs et toute l’équipe de la chaîne jugent stupide, se crée pourtant une base de loyaux fidèles.

©BronStudios

©BronStudios

Quelque part, le film rassemble en un long-métrage plusieurs segments que Kristen Wiig incarnaient régulièrement dans le SNL avec une touche de Ron Burgundy puisque le générique crédite Will Ferrell comme producteur. Des personnages loufoques ressemblant à Gilly la pince-sans-rire, totalement décalés comme Sue qui ne sait pas contrôler son excitation, et pas forcément drôles dans le sens littéral du terme tel que l’employée de chez Target. Chez Alice, quelque chose dérange, son manque de tact d’une part, et sa vision unique de son pays des merveilles. On n’arrive pas à mettre exactement le doigt dessus, peut-être est-ce son impassibilité quasi morne dans la vie de tout les jours qui agace, ou alors son ton cinglant peu sympathique, mais aussi sa fâcheuse manie d’éclater en sanglots soudainement.
Grosso modo, on ne cerne pas vraiment sa personnalité si elle fait rire ou met plutôt mal à l’aise. Au final, son entourage s’en sort déstabilisé, mais l’effet est similaire chez le spectateur qui doute sur son droit de rire devant certaines scènes particulièrement osées (comme les chiens qui se font castrés), ou lorsqu’elle crie sur les gens sans raison apparente. Le pire, comme l’émission dévoile sa vie privée au grand jour, de son enfance à aujourd’hui, on comprend à quel point cela n’a pas été de tout repos. Du coup, on s’attache quand même à ce cas social, malgré ses tendances un peu malsaines.

©BronStudios

©BronStudios

Du jour au lendemain, après la sortie de Bridemaids, Kristen Wiig se propulsait au rang de comédienne sur qui garder l’œil. Son rôle dans Walter Mitty nous confirmait qu’elle ne devait pas se cantonner aux rôles comiques. Avec Welcome To Me, le côté dépressif d’Alice et sans filtre, lui permet de montrer tout son talent d’actrice. A ses côtés, il y a Gabe, également socialement inadapté, sous les traits d’un Wes Bentley qui n’a jamais été aussi sensible. A vrai dire, les acteurs secondaires sont absolument phénoménaux, et un bon film se caractérise par la qualité des personnages de soutien. Linda Cardinelli, Joan Cusack, Jennifer Jason Leigh, James Marsden, Alan Tudyk… dans un petit film indépendant réalisé par Shira Piven qui décroche le mérite de nous décontenancer.

(P.S. : Oui, il y a une scène de nude full frontal. Très déstabilisant.)