Le sixième tome des aventures de Thursday Next écrit par Jasper Fforde n’échappe pas à la règle, truffé de références, il va vous enchanter.

Si les séries méta se multiplient, eh bien, les livres pratiquent cet usage depuis belle lurette, notamment dans la série des Thursday Next de l’auteur gallois Jasper Fforde. Bon, effectivement, la livre est sorti il y a déjà deux ans, mais il n’est jamais trop tard pour réparer un oubli de lecture !

La réputée Thursday Next revient dans une nouvelle enquête dans le Monde des Livres. Enfin… pas tout à fait, puisqu’elle semble avoir disparu (cf le titre VO One of our Thursday is Missing). Mais attention, mise en abyme, c’est son double de fiction (oui, l’héroïne du livre qui a été inspiré de sa vie) qui va de fait, mener l’enquête. Et la tâche se révèle loin d’être aisée après cette Refonte de l’île de la Fiction, surtout pour un personnage « notoirement incompétente ». Non seulement, elle doit sauver d’une guerre qui se prépare entre le Roman Grivois et son genre voisin la Littérature Féminine, que la vraie Thursday avait réussi à calmer grâce à ses pourparlers, mais en plus, elle doit essayer de retrouver son modèle.

hareng saurEn tout cas, le charme de Thursday, même la fausse, fait toujours son petit effet, et c’est sympathique de retrouver la bande de L’affaire Jane Eyre qui revient dans ces pages grâce à la Thursday de fiction. Mention spéciale à son animal de compagnie, notre dodo préféré, qui vole toujours la vedette. Ce n’est pas tout, l’histoire se déroule entièrement dans le Monde des Livres et malheureusement, ce point de vue lasse un peu… En plus, j’ignore si c’est dû au fait du changement de traducteur (qui ne m’avait pas plus perturbée que ça dans le 5e tome) ou à ma pause trop longue, mais l’histoire m’a semblé moins farfelue que d’habitude. Car les précédents ouvrages de la saga reflètent bien l’esprit déluré de l’héroïne qu’on ressent moins ici, peut-être à cause de l’échange d’héroïne. Et même avec ce gros bordel dans sa tête, les romans sont toujours bien ficelés pour mener au dénouement de l’histoire.

Ici, la première partie ne fait que présenter la situation de l’alter ego de Thursday, et bien que ça fasse souffler un vent de nouveautés, la vraie Thursday commence à manquer… surtout dans la seconde partie de l’enquête. Certes, Fforde déborde d’imagination, cela ne fait aucun doute avec tous ces petites anecdotes sur la vie dans le Monde des Livres qui sont hilarantes. Il consolide de plus en plus son univers, de plus en plus détaillé criant de réalisme. Et il obtient sans difficulté la médaille de l’écrivain le plus meta (rien que le fait que l’île du Fandom existe veut tout dire), puisque toutes les références se savourent encore une fois, mais on finit sur un bémol et ce tome n’atterrit pas en bonne position dans les meilleurs de la saga. Après, comme probablement beaucoup de lecteurs doivent le penser, ce roman reste très divertissant à lire car il reste un Thursday Next !

(P.S. : En VO, vous pouvez déjà lire la suite avec The Woman Who Died a Lot, mais pas le prochain Dark Reading Matter. Et son autre série La tyrannie de l’arc-en-ciel, montre également que son imagination ne s’arrête pas qu’au Monde des Livres.)