Les deux compères de 21 Jump Street et de Lego The Movie, Phil Lord et Christopher Miller produisent The Last Man On Earth, nouvelle comédie de la FOX. (Spoiler sur l’épisode 2)

Portée et créée par Will Forte (Nebraska, Saturday Night Live), The Last Man On Earth vient d’une idée de long métrage de Lord et Miller. L’idée d’un film sur l’histoire du seul homme sur Terre façon comédie aurait été parfait. En série, le constat est moins clair. On a pu voir cette idée traitée de façon dramatique dans beaucoup de métrage comme The Last Man On Earth (1964), Je Suis Une légende (2007) ou 28 Jours Plus Tard (2002)

last man

©FOX

A l’instar de Je Suis Une Légende avec Will Smith, tout est parfait jusqu’à l’inévitable… jusqu’à cette idée qui annihile toute ambition présente dans le titre. Si le premier épisode renvoie à tous les fantasmes des hommes (tout détruire, se laisser aller, ne plus être beau pour l’autre), le suivant détruit le postulat. Il faut voir Will Forte jouer ce personnage qui se rallie à Dieu pour discuter, s’accaparer des objets d’art pour se redéfinir socialement tout en ne restant plus humble esthétiquement. La proposition formelle et narrative est plutôt excitante. Les thématiques brossées sont loin d’être idiotes et faciles. On sent derrière chaque idée, une volonté d’anarchie humaine qui aurait pu sortir la série du carcan de comédie de network.

Justement, The lastMan On Earth part avec une sérieuse identité « câble ». Quand on voit le second épisode, on comprend que la comédie sera juste assez décalée pour un network. L’arrivée de Carol (jouée par Kristen SchaalFlight of the Conchords) met un terme à l’ambition d’offrir une comédie différente. Le personnage de Carol rend le tout assez lourd, parfois long alors que l’épisode ne dure que 20 minutes. On sent déjà une lassitude à leurs mésaventures là où le fait d’être seul aurait pu ouvrir la porte à des idées farfelues. Mais qui sait ce que nous réservent les épisodes suivants ? Peut-être que la dynamique sera renouvelée. La scène hommage à Seul Au Monde (2000) apportait une certaine poésie. The Last Man On Earth doit garder à l’esprit que l’individualisme, le désir d’être seul, le partage sont des valeurs essentielles à montrer et démonter.