The Flash continue de proposer du divertissement sans temps mort.

Bon épisode qui se permet de faire avancer les choses, rare dans les séries. L’arrivée de deux personnages à part entière (;)) permet de revitaliser le show qui n’en avait pas forcément besoin mais on pouvait craindre des rengaines dans les relations inter-personnages. Ronnie et le professeur Stein sont bien incarnés avec une mention pour Victor Graber, très efficace en scientifique.

Firestorm est assez fascinant de part les effets spéciaux de grande qualité comme pour son background. Cela permet enfin à Caitlin d’avoir un peu d’intrigue et à Barry de souffler. Par contre, la fusion Ronnie / Stein en gardant le corps de Ronnie (alors que dans la première fusion, il est quasi dématérialisé, illogique)  permet d’offrir du shipper entre Ronnie et Caitlin au delà de ça, l’idée est assez inédite en TV d’avoir deux individus dans le corps d’un seul pour un superhéros, et en plus liés psychiquement… Chapeau.

flash

©CW

Dommage de voir Clancy Brown joue un militaire monolithique qui n’aura pas grand charisme dans l’arc Firestorm. Du côté de Wells, on avance, on souligne l’évidence mais on se doute que, avec 8 épisodes restants, les twists vont être nombreux. Barry découvre pour sa mère (voir épisode précédent) et on sent des personnages qui gagnent en intensité dramatique, ça fait du bien.

Niveau incohérence, outre la fusion, le fait de voir en 3D muiltiangles le meurtre de maman Allen est assez maladroit mais assez graphique alors pourquoi pas, on pardonne. ON aprdonne aussi Barry qui court devant la femme de Stein ? Ouch.