The Town That Dreaded Sundown est un  film de 1976 relatant les faits réels qui ont bousculé la petite ville de Texarkana dans les années 40. En 2014, Blumhouse Productions propose un remake audacieux par l’un des réalisateurs d’American Horror Story.

Alfonso Gomez-Rejon a dirigé quelques épisodes de Glee avant d’exploser sa technique dans American Horror Story. Il a récemment gagner le prix du jury à Sundance pour Me and Earl and the Dying Girl. Sur The Town That Dread Sundown (la ville qui redoutait le crépuscule), Rejon se fait plaisir avec une caméra flottante qui fait son petit effet avant de trop souligner une recherche formelle lourde. Le film aurait gagné à être un poil plus sobre.

En dehors de sa mise en scène trop stylisée, The Town That Dreaded Sundown joue une carte originale en prenant en compte le film de 1976 dans son intrigue. Le tueur s’inspire des scènes du film projeté annuellement à Texarkana, film tiré donc d’une histoire vraie. Ajouter une couche dans le méta est plutôt bienvenue et donne un souffle inédit au genre du remake. Cette idée n’ira pas au-delà de l’anecdote puisque le film ne jouera jamais sur les niveaux de lecture et de méta.

addison_timlin_town_dreaded

En outre, là où le film gagne des points, c’est dans son traitement de l’intrigue puisqu’il n’y a pas de mise en avant de l’enquête, de mise en danger de l’héroïne. On se place dans la psychologie du traumatisme de la victime, on ne montre pas la police dans un rôle actif même si on la place comme une force bienveillante. On ressent l’ambiance de petite ville bousculée par cette série de meurtres. Le développement de l’ histoire est à mille lieuses des films de ce genre. L’héroïne n’est pas poursuivie, le tueur aligne les meurtres, la police parait impuissante. En gros, le premier rôle est la menace, rien de plus.
Addison Timlin (Odd Thomas, Californication) est l’actrice principale, son petit minois de fille innocente fait mouche, on se plait à la retrouver dans des films de genre !

Le film jouera la carte du twist final assez une certaine intelligence quand on pense à l’indice laissé tout le long du film. The Town That Dreaded Sundown est un remake assez intelligent, jamais redondant et avec un rythme éloigné des productions modernes. Blumhouse tape encore dans le mille avec cette production intéressante.