A l’occasion de l’annonce du renouvellement pour une saison 2 de Girlfriends’ Guide to Divorce, petit retour sur la saison 1 jusque-là.

GG2D a été lancée cette année par Bravo comme l’adaptation des livres de la série par Vicki Iovine comme leur première scripted serie originale.

Le public principal recherché est évidemment le même que celui des séries de ABC comme Desperate Housewives, ou les séries de Lifetime à la Drop Dead Diva, la ménagère femme au foyer. Au démarrage, la série a rassemblé un peu plus d’un million de téléspectateurs, chiffre honorable pour la chaîne. Le pilot est loin d’être exempt de défauts, mais sa grande qualité est sa réussite à présenter des personnages faciles à s’identifier. Et l’atout Lisa Edelstein (et Paul Adelstein) n’est pas à minimiser. C’est le retour du Dr Cuddy à l’écran dans un rôle principal. Bonjour la vie luxueuse des gens riches de Los Angeles, adieu les blouses blanches de Plainsboro. Le plot est simple, auteure à succès pour son livre de guide parental, Abby McCarthy crise en pleine tournée littéraire promotionnelle. Son mariage bat de l’aile, son mari s’est trouvé une actrice deux fois plus jeune que lui, autour d’elle ses amies sont divorcées ou sur le point de l’être… Bref, rien ne va plus, et elle va tout faire pour reprendre sa vie en main.

B97399094Z.120141201174603000G4I7L2PO.20

©Bravo

Gardons à l’esprit qu’il ne s’agit pas d’une série qui se veut digne d’un Emmy, mais qui se veut être un divertissement qu’on regarde certainement pas plus d’une fois. Ce qui m’étonne le plus dans les épisodes qui sont déjà passés, c’est leur capacité à faire du très bon (des scènes pleines d’émotion) comme du très mauvais (à pleurer d’incompréhension) au sein d’un même épisode. On dirait qu’ils expérimentent leurs storylines au fur et à mesure qu’ils écrivent, et quand ça ne marche pas, ils n’essayent pas de trouver une solution mais ils passent directement à autre chose sans rien boucler. L’exemple parfait est le départ de Lyla (Janeane Garofalo) qui ne tient que du ridicule, ou encore les histoires à dormir debout de Phoebe (Beau Garrett). Edelstein a la cinquantaine, et le personnage d’Abby retranscrit bien cette étape de la vie d’une femme, et c’est ce qui parle sûrement au public…

girlfriends-guide-to-divorce-season-1-103-02

©Bravo

Malgré tout, les stéréotypes sont juste au coin, du frère gay d’Abby (Patrick Heusinger) à l’avocate sans cœur (Necar Zadegan), on est bien loin du soap digne d’être un guilty pleasure. Là, GG2D ne fait lieu que d’un divertissement où on prend à peine plaisir à revoir des têtes connues. Heureusement, il y a des éclairs de génie par moment, et on continue à garder un œil sur la série pour ça… Ou alors parce qu’on est vraiment accro à ce genre de dramédies faciles. Il n’y a aucun rythme ni suspens, mais juste les déboires de ces personnages.

(P.S. : Il ne reste plus que 3 épisodes avant la fin de la saison, et on ne sait toujours pas quel est l’intérêt de la série, mais oui, ça fait passer le temps. Petite touche d’originalité, chaque titre d’épisode est une « règle » tirée de l’ouvrage d’Abby.)