Pur divertissement et encore jeune, The Flash se maintient à un niveau honnête… jusqu’à cet épisode fourre-tout très maladroit.

Beaucoup trop de sous intrigues pour que l’épisode soit bon. Entre la méchante inutile, la beuverie de Caitlin, l’affaire du père Allen, Cisco, on a à boire et à manger. On rajoute aussi un personnage féminin, un méchant introduit en fin d’épisode, un prégénérique très fainéant, et Crazy For You est vraiment un épisode faible.

flash

©CW

Qui se soucie que Caitlin doit aller de l’avant? On sait que dans ce genre de série, la fille revient toujours vers le garçon… qu’elle ne soupçonnait pas être attirant. Qui se soucie de l’affaire du père de Barry quand celle-ci n’occupe de 4 minutes juste histoire d’offrir un petit moment de sous-entendu rempli d’émotions ? Qui se soucie du méchant qui est vite expédié ? On notera que ce bad guy et ses effets à la Jumper sont très réussis.

Cet épisode démontre une écriture mal foutue mettant l’un derrière l’autre des scènes sans conséquences sur la précédente et la suivante. Mais comme rien n’est vraiment pas honteux, on ne se plaint pas trop… jusqu’à la scène du bar. Totalement inutile, la scène permet de donner un peu de fraîcheur et d’air à Caitlin en la faisant boire et chanter. Wouh. Vive le développement psychologique du personnage. On en parlait pour l’épisode précédent mais Cisco se devait d’avoir sa story-line et Crazy For You offre une belle perspective avec un duo improbable avec le bad guy du 1×11. Finalement, cet épisode offre à tout le monde son minuscule quart d’heure de gloire mais peine à rendre le tout consistant et savoureux.

On retiendra surtout que Linda Park va ajouter un peu de sel à l’aspect romance de la série et qu’un bad guy célèbre du comics Flash va faire du bruit. On ne parle pas de Firestorm qui, évidémment, sera de la partie.