Après une première partie de saison assez introductive et bien plaisante, The Flash enclenche la seconde et nous offre une réunion Prison Break.

Captain Cold, joué par Wentworth Miller( Prison Break) se joint à Mick aka Heat Wave, joué par Dominic Purcell pour contrer The Flash.

Au-delà du simple plaisir de revoir les frères Burrows ensemble à l’écran, l’épisode a le mérite de ne laisser personne sur place. De Cisco à Caitlin, de Joe à Iris, tout le monde a sa petite scène. L’épisode permet de repartir sur les bases lancées dans l’épisode précédemment. Iris sait que Barry a des sentiments, elle emménage chez Eddie, Caitlin a découvert que son petit copain est toujours vivant, Joe et barry ont fait connaissance avec le Reverse Flash. Wells restera assez statique (comme depuis 10 épisodes) tandis que Cisco a son quart d’heure de gloire. Le côté mélo n’est pas lourd car bien dosé. La partie action est aussi assez divertissante avec de bons effets, de bonnes séquences et deux personnages plutôt bien campés.

Flash

©CW

L’info principale à garder de l’épisode est que Flash se dévoile au public. Il est vrai que durant 9 épisodes, il n’était qu’une légende urbaine comme le Blur dans Smallville. Enfin reconnu publiquement, Flash aura fort à faire désormais face à al reconnaissance du public. Rien n’est encore esquissé dans cet épisode mais tout porte à croire que la donne peut changer (fanatique, copycat, recherche du scoop). Les scénaristes comprennent le potentiel véritable de la série et ne grillent aucune cartouche en 10 épisodes. Le reste de l’épisode est rythmé et Purcell et Miller semblent prendre beaucoup de plaisir à jouer les méchants. On attend juste que Wells prenne un peu de poids dans la balance des personnages. Même Cisco prend du galon.

Le point faible de l’épisode est de voir Caitlin kidnappée par les deux bad guys. idée facile. Ce prétexte un peu maladroit se révèle tout aussi dispensable pour l’intrigue. L’épisode reste divertissant et bien mené. Une bien belle rentrée pour The Flash.