Walooka est une start-up proposant depuis la fin 2014 des séries étrangères encore peu connues. Rencontre avec l’un de ses créateurs, Laurent.

Walooka est une startup composée d’une équipe de 3 personnes (Laurent, Vivien et Marine). Leur envie est de rendre accessible des séries inconnues de nos écrans.
Le site de streaming légal avec des séries canadiennes, australiennes, néo-zélandaises, anglaises, scandinaves, espagnoles, italiennesse présente comme une curiosité.

Pour l’instant 4 séries (2 espagnoles et 2 argentines) sont disponibles. Nous avons interviewés Laurent qui nous parle un peu plus du concept.

 

  • Comment fonctionne votre offre ?

En récupère ce qu’on appelle les droits de diffusion ADVOD pour les séries, notre objectif initial était de permettre à tout le monde de découvrir de nouvelles séries, on voulait que l’accès se fasse gratuitement. La condition était qu’on intègre un peu de publicité sur les vidéos (pour rémunérer les producteurs/distributeurs et financer le sous-titrage de nouvelles séries).On travaillait une régie qui devait commercialiser pour nous les espaces publicitaires mais elle nous a finalement planté à quelques semaines du lancement…Pour le moment on est sur un modèle payanton espère pouvoir basculer sur un modèle gratuit pour l’utilisateur dès que possible.

On fonctionne sur un système de crédits : 2,99€ pour 20 crédits, 5,39€ pour 40 crédits et 7,69€ pour 60 crédits. Pour regarder 1 épisode d’El Barco il faut utiliser 5 crédits. Ca représente entre 0,65€ et 0,75€ par épisode. Pour 7,69€ tu peux voir les 12 épisodes de la série.
Sachant que nous avons le droit de proposer le 1er épisode de chaque série gratuitement (et que donc nous le faisons !).

walooka

©DR

  • Comment choisissez vous les séries?

Pour le choix des séries, pour le moment c’est assez aléatoire, on se concentre d’abord sur ce qui nous plaît, mais on essaie aussi de diversifier.
Pour El Barco on a beaucoup accroché à la série, donc c’était vraiment une envie.
Pour les 2 séries argentines, c’était une envie de faire découvrir une culture différente. Il y a beaucoup de séries produites en Argentine en fait, et on avait envie d’initier une collaboration avec ce pays en douceur avec 2 programmes très différents (un polare et une comédie). On voulait aussi faire découvrir un format de série un peu différent (26 minutes).
Pour Infidels, on s’est laissé tenté par le côté « vie de tous les jours ». En plus on trouvait l’environnement catalan original et inhabituel. La série reste assez large en termes de public avec des personnages de plusieurs générations donc on avait envie de l’essayer. On se laisse assez prendre par le côté girly de la série !
C’était une bonne occasion aussi d’initier un premier partenariat avec la chaîne TV3 Catalunya.

 

  • Comment se négocient les droits? 

Pour la négociation des droits, c’est moi qui m’en charge. Précédemment je travaillais pour un producteur/distributeur français d’animation. En gros je vendais des dessins animés aux chaînes étrangères. Du coup j’ai déjà pas mal de contact et j’ai aussi rencontré de nombreux producteurs et distributeurs lors d’événements ou de marché (type le Mipcom à Cannes en Octobre).

 

  • Qui s’occupe des sous titres?

Pour les sous-titres c’est compliqué. On en fait une partie nous même, on a aussi fait faire quelques trads par des étudiants. Mais c’est vu que c’est long, pour les séries El Barco et Infidels on est passé par un prestataire espagnol qui nous fait des tarifs avantageux (mais cher quand même !) pour nous aider à nous lancer. On part du script des épisodes que nous fournit le distrib. Dans certains cas on eu les close captions (les sous-titres sourds et malentendants). Mais le mieux est donc repartir du script pour faire un recalage des sous-titres et on s’occupe de la synchro. Pour le moment les distrib ne valident pas les sous-titres. Ils nous laissent la liberté d’adapter la série comme on veut. En tout cas ils nous font confiance pour qu’on fasse ça sérieusement. En plus on incruste pas les sous-titres dans les vidéos. Donc on a pas mal de souplesse pour retoucher les sous-titres si jamais il arrive qu’il y ai un gros problème avec l’un d’entre eux.

Découvrez dès à présent Walooka