Dans cette salve de pilotes Amazon, Down Dog propose une forte dose de coolitude.

Hank Moody a laissé une place vacante à L.A.. Down Dog surfe un peu sur cette courte vague de héros paumé (Hung, Call Me Fitz...)  sans égaler sieur Duchovny. Down Dog est une figure de yoga qui pourrait faire penser à une position sexuelle. C’est un peu toute l’imagerie qui résume la série, entre sexe et détente.
Logan est un prof de yoga qui a enchaîné les aventures durant sa prime jeunesse jusqu’à sa trentaine. Désormais casé, il inspire à une vie plutôt cool. Amanda le largue et il se retrouve avec ses deux potes dans un appart californien… et un club de yoga à gérer.

down dog

C’est dans un beau cinemascope que Down Dog aligne les scènes déjà-vues, rien d’original ou de vraiment pertinent dans ce pilote. Une voix-off rauque raconte (comme on en a entendu pas mal dans divers films et séries)  la vie de ce trentenaire paumé joué par le mauvais Josh Casaubon.  Brad Siberling (Casper, La Cité des Anges, Le Monde presque Perdu) sait mettre en scène des images coincées entre douceur et légèreté. Down Dog ne parvient cependant pas à être une série avec une identité forte. Elle est assez anecdotique, la faute à des personnages écrits rapidement et des événements peu surprenants.

La bonne idée est de ne pas se prendre la tête. Hélas, ça implique que le spectateur n’en a que faire des situations. On remarquera surtout Kris Kristofferson (Blade) et Lyndsy Fonsceca (How I Met Your Mother, Nikita, Agent Carter) qui s’en sortent pas trop mal. C’est frais comme une limonade, c’est beau comme la Californie mais c’est peu convaincant comme Hollywood Boulevard.