Les deux derniers épisodes de Freak Show ont vu arriver Neil Patrick Harris en guest avec un personnage plutôt haut en couleurs mais qui semble combler un manque cruel d’idées pour cette fin de saison.

Harris joue un ventriloque magicien assez névrosé. Il voit en sa poupée, Marjorie, une vraie femme lui dictant quelques actes et pulsions assassines. On douterait presque la bonne intention quand on sait que Ryan Murphy a embauché Harris après un tweet (même si on se doute que ça ne s’est pas passé comme ça) et que ce personnage n’a été qu’un ajout de dernière  minute poussée par le film Anabelle.

neil patrick harris dans freak show

©FX

Ces deux épisodes démontrent sincèrement que la saison 4 n’a pas de story lines vraiment marquées et délimitées. Rien ne semble définir chaque saison de AHS par son désir d’offrir une consistance. Après 4 saisons, il faut se faire à l’idée que chaque saison par ses teasers, ses intentions, ses développements sont à mille lieux des ressentis du spectateur en les voyant. Les scénaristes n’arrivent pas (volontairement à priori) à offrir un schéma basique narratif. Les personnages vont et viennent et la cohérence du propos, des relations entre personnages est laissé à l’abandon. On aime quand même les liens avec la saison 2 qui se poursuivent avec l’épisode 4×12 qui promet peut-être une nouvelle proposition en saison 5 avec un « best-of » des 4 saisons en une.

La trame narrative est déconstruite et les scénaristes utilisent chaque personne comme prétexte pour dénouer une intrigue. C’est assez flagrant dans ces deux épisodes. Si le 4×11 est assez brouillon, le 4×12 offre de sacrés avancées au détriment de cette fameuse cohérence narrative. Cette illusion de maîtrise des intrigues permet un peu de surprendre par des Deux Ex Machina avec plus ou moins de réussite. Maggie, Jimmy, Ethel, Stanley ont vu leur sort réglé grâce à des idées tirées au sort d’un chapeau. Ne parlons pas de Neil Patrick harris qui semble déjà une affaire classée.  Il faut voir Dandy devenir un personnage tampon qui permet de se sortir des noeuds ou encore Elsa glisser entre le côté obscur et son contraire en deux scènes. Freak Show termine sa saison avec un équilibre assez instable. On ne sait pas quel sera le dénouement et surtout quel DOIT être le dénouement. Ne plus avoir de vraies idées souligne artificiellement la présence de surprises mais ne doit pas cacher une inspiration vacillante.