Sous le Sceau du Dragon est le premier tome de la saga Draconia de Lise-Marie Lecompte. Ce roman fantastique paraîtra aux éditions Valentina le 13 janvier prochain. Il met en avant une équipe de jeunes gens qui apprennent qu’ils sont la réincarnation d’un clan doté de pouvoirs magiques tué le 31 octobre 1666. Ce qui aurait pu être passionnant va se retrouver être un cauchemar, car celui qui en avait après le clan s’est aussi réincarné, et il continue de tuer…

Le tome 1 de Draconia de Lise-Marie Lecompte commence par un prologue qui nous explique comment le clan est mort en 1666. Melissandre Villecroix part assister à une réunion dans les bois qui permettra d’élire la nouvelle Porteuse de Lumière : une fille dotée de pouvoirs hors normes pouvant matérialiser les Trésors Sacrés, des armes magiques.

draconia-sceau-dragonDe nos jours, Sylvia Laffargue prépare un devoir sur l’histoire de l’Inquisition à la bibliothèque. Alors qu’elle feuillette un livre, elle se retrouve en 1666 et incarne Melissandre Villecroix, attachée à un pieu et en train de brûler vive. Lorsqu’elle reprend ses esprits, elle est toujours dans la bibliothèque mais ses mains portent des marques de brûlures. Il n’aura fallu que quelques pages à Lise-Marie Lecompte pour nous transporter dans son histoire.

Draconia est un livre original et réellement captivant. L’auteure nous emporte dans un univers qui nous est complètement inconnu : la magie des Dragons. Sous le Sceau du Dragon pourrait paraitre un peu long à lire à cause de la quantité incroyable de descriptions, mais ce n’est pas le cas ! Lise-Marie Lecompte ne nous assomme pas de détails inutiles, elle nous initie, comme si nous faisions partie de l’équipe, à la magie draconique. Presque tous les personnages ne connaissent rien de leur histoire et des pouvoirs qu’ils possèdent, donc nous apprenons en même temps qu’eux ce qu’ils doivent faire.

L’intrigue de Draconia est parfaitement menée avec ce tueur réincarné qui continue de vouer une haine féroce au clan et qui met tout en œuvre pour les tuer et dérober les Trésors Sacrés. L’auteure ne nous dévoile pas l’identité du tueur même si on a nos soupçons. Ce qui est énervant c’est que, comme l’auteure laisse la narration au meurtrier, on sait qu’il a plusieurs longueurs d’avance et on ne peut que trépigner d’impatience en attendant de voir comment le nouveau clan va réussir à s’en sortir.

Sous le Sceau du Dragon est un livre captivant et son auteure, Lise-Marie Lecompte, nous prouve que son imagination est sans limite : quel talent ! Elle a réussi à créer dans Draconia tout un univers avec des règles établies et surtout, elle aura réussi à tout nous faire comprendre, ce qui n’est pas une mince affaire ! Les personnages sont très bien créés et ont chacun leurs faiblesses. Ce ne sont pas des héros dans toutes leurs splendeurs mais bien des personnes normales qui essaient tant bien que mal de faire les choses comme il faut.

Lise-Marie Lecompte, auteure de la saga Draconia

Lise-Marie Lecompte, auteure de la saga Draconia

Le seul bémol sera, pour moi, le fait qu’à part de l’impatience, Draconia ne m’aura fait ressentir aucune émotion. C’est un livre intéressant et prenant mais vous ne rirez ou ne pleurerez pas en le lisant. Étant donné que ce premier tome met l’histoire bien en place, je ne peux que supposer qu’il y aura plus d’actions dans le tome 2 et, peut-être, plus d’émotions.

En attendant, le début de Draconia est disponible sur le blog de l’auteure (section Lecture Libre) et vous y trouverez également une nouvelle qui se passe avant la trilogie Sous le Sceau du Dragon, histoire de vous mettre en appétit… 

« A travers le rideau de flammes du brasier, une silhouette massive se profila devant elle. Un homme encapuchonné dont les traits n’étaient éclairés que par l’intensité du feu. Esquissant un sourire sardonique, il prenait un plaisir indicible de voir sa proie souffrir à l’agonie.

– C’est ainsi que j’ai mis un terme à votre clan, dit-il. Puissiez-vous croupir en Enfer, à tout jamais. Dieu ne saurait avoir la moindre la moindre pitié pour votre âme.

– Non ! trouva-t-elle la force de répliquer malgré la fumée qui l’asphyxiait. Cela ne finira ni ainsi, ni avec moi, car une autre Porteuse de Lumière verra le jour. Vous n’aurez jamais les Trésors Sacrés que vous avez tenté de voler, et la vérité finira par éclater au grand jour.

– Quelle naïveté touchante de votre part. Ce n’est pas vous désormais qui m’empêcherez de mener mes projets à bien, reprit la voix lourde de menaces. Cela prendra le temps qu’il faudra, mais je finirai bien par arriver à mes fins. D’une façon ou d’une autre.

– Quelles fins ?

– Pour commencer, je me contenterai de la vôtre… »