Broadchurch is back ! Le show de ITV reprend ses droits pour une seconde saison après avoir dû subir collatéralement les facéties de son remake américain. Heureusement, la série anglaise semble partie pour durer, et cette seconde saison part sur des chapeaux de roue !

Broadchurch, dont nous vous avions parlé dans un précédent article, a vu sa saison 1 diffusée en 2013. Elle n’eût pas le temps de dire ouf que les Américains, nostalgiques de Twin Peaks et flairant la poule aux oeufs d’or, en ont commandé un remake, Gracepoint, dirigé par l’équipe anglaise et avec David Tennant, pour se sécuriser l’affaire. Quelques mois plus tard, Gracepoint s’est vu annulé au terme de sa première saison pour cause d’audiences chancelantes, et c’est tant mieux. Broadchurch, comme beaucoup de séries anglaises, a vocation à rester british, car c’est une culture de la minutie incompatible avec celle un peu spectaculaire des Etats- Unis, et cette annulation le montre. En même temps, quand vous refaites plan pour plan et dialogue pour dialogue votre propre série, avec la même équipe et le même acteur principal, il faut comprendre que certains sentiments négatifs percent chez les fans : foutage de gueule, incompréhension, déception, et surtout tromperie (Chris Chibnall avait promis une fin différente de Broadchurch pour nous livrer… la même fin que celle de Broadchurch, à deux ou trois détails mineurs près). Anyway, oublions bien vite tout cela pour nous concentrer sur cette 2e saison qui nous fait pas mal de promesses.

ATTENTION, SPOILERS : il est impératif de savoir les évènements de Broadchurch saison 1, auquel cas vous pouvez continuer, sinon, à vos risques et périls

Rappelons que Broadchurch a vu la mort de Daniel Latimer, fils de Beth and Mark Latimer, de la main de Joe Miller, mari d’Ellie Miller, co-inspectrice en charge de l’affaire et amie des Latimer. Laquelle Beth est par ailleurs toujours enceinte, et presque à terme. Susan (qui avait annoncé son départ), Dean, et Karen (retournée à Londres) ont disparu. Quant à Alec Hardy, il vit reclus dans une petite maison, avec toutefois quelques problèmes personnels, d’ordres professionnels comme médicaux. Alors que la tristesse et l’incompréhension règnent toujours, l’audience de Joe se tient, pour un résultat surprenant… Dans le même temps, le détective voit resurgir quelques vieux démons, démons qu’Ellie Miller, abandonnée par son fils et un peu regardée de travers, a du mal à chasser…

Broadchurch

©ITV

 

Vous l’aurez compris, entre les soucis d’Alec Hardy qui refont surface, les petits secrets des uns et des autres (où est Tom Miller ? Paul Coates et Becca Fisher en couple, sérieusement ?) et l’affaire Danny qui risque de ne pas être finie de sitôt, Broadchurch n’a pas fini de nous étonner et ne compte pas s’arrêter au meurtre de Danny. Après tout, le nom de la ville indique que tout peut s’y passer… Chris Chibnall, le créateur de la série, semble avoir appris de ses récentes erreurs et pilote un premier épisode réellement passionnant, où plusieurs intrigues sont mises en place et promettent des histoires passionnantes pour la suite (notamment une bataille entre avocates qui s’annonce spectaculaire). Dans cet épisode, si quelques violons sont encore présents, la musique est beaucoup moins présente pour accentuer le mélo, et aucun ralenti n’est à déplorer, principaux reproches que nous avions fait à la saison 1, ce qui donne un rythme très agréable à l’épisode. Le passage à la Cour de justice, sans renverser la table, contient son lot de surprises et de tensions, offrant à la série le souffle dont elle avait besoin. Attention toutefois à ne pas tomber dans le spectaculaire et le trop plein de chantiers : maintenant que notre attention est entièrement captée, on espère que le niveau va rester haut !

On peut toutefois avoir confiance en Broadchurch, qu’il est tellement bon de revoir après le supplice Gracepoint. Tous les acteurs sont d’ailleurs au rendez-vous en ce premier épisode, et au niveau qu’on attend d’eux : Andrew Buchan et Jodie Whittaker ont haussé le ton pour donner une interprétation touchante mais non too much. Arthur Darvill est toujours aussi attachant en révérend. Olivia Colman reprend elle son rôle avec une force étonnante, tandis que David Tennant brille toujours pas son authenticité dans son rôle de grincheux. On attend la suite avec impatience !