Parmi les avant-premières du festival Tous Ecrans de Genève, on trouvait une série canadienne diffusée cet été, « Sensitive Skin » avec en vedette, une actrice bien connue du petit écran.

La troisième série sur mon programme du Festival Tous Écrans de Genève a attisé ma curiosité de par l »actrice principale. En effet, Sensitive Skin voit le retour sur nos petits écrans de l »actrice Kim Cattrall ! Mais si,  la géniale Samantha de Sex and the City. Cette série canadienne de 6 épisodes de 30 minutes, adaptée d »une série anglaise qui est diffusée sur HBO Canada.

Davina, interprétée par Kim Cattrall, est une femme dans la cinquantaine qui doit composer avec les changements inhérents à l »âge: le changement d »apparence, la ménopause, le regard plus dur de la société, son regard sur elle-même, sa libido. Elle doit également gérer Al (Don McKellar), son mari hypocondriaque, son fils dépressif (interprèté par Nicolas Wright), sa sœur conservatrice qui ne supporte parce qu »elle ait quitté sa vie bourgeoise pour un loft de bobo en centre ville et Théodore le dealer qui opère en bas de chez eux.

Sensitive Skin apparaît tout d »abord comme une comédie mais après trois épisodes, on s »aperçoit qu »elle n »est pas qu »une série comique. En effet, il y a des ressorts dramatiques du fait des questionnement et de la remise en question qu »opère Davina à propos d »elle même. C »est une femme qui est une ex-mannequin et qui voit son corps changer et qui a du mal à l »accepter. Cette non-acceptation de soi passe aussi par le regard que porte la société sur les femmes « vieillissantes ». Le côté drama casino vient de là mais c »est aussi traité avec humour car Davina est une femme forte avec du répondant.

Sensitive Skin Promo on HBO Canada from Vernice Santiago on Vimeo.

Il y a également une part belle faite aux personnages secondaire, notamment à son mari Al. Sur les trois épisodes vus à Tous Écrans, il y a un épisode qui est centré sur lui et son côté hypocondriaque. En général, ce personnage apporte une grande partie du rire dans la série que ce soit son côté hypocondriaque, ses remarques sur les choix de mobiliers de sa femme ou sa relation avec Théodore. Ce dernier devient un personnage secondaire de premier plan à notre grande surprise et pour notre plus grand plaisir. Je n »en dis pas plus, histoire de vous laisser cette surprise.

Même si la série a pour plot Davina et sa « crise » de la cinquantaine, ce n »est pas une série « de femmes » comme j »ai l »entendre. Tout le monde se reconnaîtra dans cette série drôle, un peu cynique et également touchant. La palette de personnage est tellement large qu »on ne peut pas la limiter a une série sur des problèmes de femmes. C »est une série de la maturité pour Kim Cattrall qui met en valeur son talent d »actrice. De plus, le format court de la série lui donne du rythme. On ne s »ennuie pas pendant les trois premiers épisodes, ce qui fait quand même 1h30 de série d »affilée.