Les freaks existent et on ne peut pas dire que Freak Show est une série fantastique, il n’y a, pour l’instant, aucun élément le prouvant. Et si on vous dit qu’Edward Mordrake existe, ça fait froid dans le dos.

La seule chose impossible dans Freak Show est l’anachronisme des chansons. Après Life On Mars, c’est une chanson de Lana Del Rey qu’Elsa Mars propose dans cet épisode, moment de grâce et de poésie improbable. Pourtant, Edward Mordrake apparaît comme la première incursion vers le fantastique cette saison.

freak show

©FX

Revenons à ce premier épisode qui introduit le personnage d’Edward Mordrake joué par Wes Bentley (American Beauty). Cet homme de classe possède un second visage derrière sa tête qui lui murmurerait des choses horribles, une sorte de conscience matérialisée en visage affreux. Le personnage a existé et Freak Show en fait une figure maudite qui reviendrait à chaque 31 octobre si un freak ose se mettre en spectacle. On peut regretter qu’il n’apparaisse qu’à la fin de l’épisode, qui offre tout autre chose. Le côté « humain » des freaks ressort fortement. Coincée entre sa condition de bête de foire et d’humain anormal, la créature que l’on a devant nous est finalement intérieurement loin d’être monstrueuse. n’allons pas jusqu’à souligner la place de l’apparence dans la saison 4 mais on ne peut pas passer outre. Freak Show ne fait pas dans le putassier et ne tombe pas dans le racolage. Quand Mordrake apparaît, les émotions ressortent et les freaks deviennent des figures tragiques.

L’épisode se passe pour Halloween et l’ambiance y est décuplée. Il faut voir le fameux Clown serial-killer faire peur à une petite fille ou encore le fameux Dandy qui, en grand enfant, souhaite un Halloween de qualité.

Il y a une étude de personnages assez forte dans cet épisode. Les événements ne sont pas significatifs et c’est surtout l’arrivée d’Emma Roberts et Denis O’Hare qui fait bouger les choses. A la recherche de spécimens médicaux, Emma Roberts arrive en diseuse de bonne aventure pour faire le tour des freaks du Cabinet de curiosités d’Elsa Mars. L’ajout est efficace, ses scènes, que ce soit avec Jessica Lange ou Evan Peters, sont bonnes et elle s’intègre parfaitement dans l’univers de la série. Avec son aspect de petite fille de bonne famille, Roberts arrive à garder cet aspect machiavélique qu’elle avait dans Coven.

freak show

©FX

On mise aussi beaucoup sur Kathy Bates qui livre une performance bluffante. Son personnage de femme à barbe gagne en dimension tragique en une scène. Elle traversera l’épisode en figure fantomatique, presque sans âme mais avec une aura incroyable. Mère impuissante, femme délaissée, elle expose un passé douloureux et troublant qui permet, par procuration, de rendre les personnages de Dell et de Jimmy plus épais.

Edward Mrodrake 1 est un épisode qui fait dans le psychologique et offre encore des personnages hauts en couleurs et furieusement attachants. Chaque personne se transforme en martyr et Freak Show continue de proposer une heure de télévision parfaite.