Avec à peine 4 millions de personnes devant le pilote, Manhattan Love Story sera sûrement la plus brève histoire d’amour de cette saison (oui on a confiance en A To Z).

How I Met Your Mother fait des petits, après les échecs de Mad Love ou Friends With Better Lives, on a eu la bonne surprise Mixology, l’attendue A To Z et ce Manhattan Lvoe Story. Les comédies romantiques reviennent donc comme pour combler la fin controversée de How I Met. Sans rires, cette fois, les trois dernières séries citées ont chacun leurs qualités mais pour Manhattan Love Story, c’est un peu plus dur de les trouver.

Dana vient d’arriver à New York. Peter y vit depuis toujours. Elle doit se faire à sa nouvelle vie, son nouveau job et ses nouveaux collègues, tandis que lui doit gérer son père et son frère, respectivement son patron et son collaborateur. Les deux trentenaires se croisent, se rencontrent, se découvrent, tombent amoureux, se détestent parfois, mais deviennent inséparables. Dans leurs têtes, ça boue dans tous les sens. Elle se pose trop de questions pendant que lui fait du mauvais esprit. Des milliers de pensées les traversent chaque jour et les accompagnent dans leur histoire qui ne fait que commencer…
Le Pitch

Voici le pitch qui finalement, spoile plus que de raison car le pilote ne donne pas cher de leur relation. Comment proposer un couple à qui on doit s’attacher en n’offrant aucun background suffisant et en les mettant ensemble comme par défaut ? Jugez plutôt, dès le prégénérique, on a un mec qui cherche sa proie et une meuf qui cherche son sac idéal…

manhattan love story

©ABC

J’oublie le « concept » de la série : la voix-off. On entend leurs pensées. Cet ajout n’apporte rien tellement il est lourd dès les premiers usages. S’il n’y avait que ça. Rien n’est drôle, tout tombe à plat et on peine à voir les efforts que Manhattan Love Story fait pour tenir l’intérêt : appuis visuels, montage téléphoné, perches tendues. l’humour ne fonctionne pas du tout ! Entre un personnage maladroit et un goujat, il n’y a pas vraiment de choix.

La place des réseaux sociaux (Selfie, A To Z) dans les comédies romantiques enlève tout romantisme, personne n’a encore utilisé ce support efficacement. Malgré les efforts d’Analeigh Tipton (Crazy Stupid Love) et Jake McDorman (Greek), ce pilote n’offre aucun capital sympathie. La bucket list en fin d’épisode peut, peut-être, éventuellement, par mégarde, offrir un quelconque intérêt pour la suite.