2004 a été une année assez symbolique pour ABC qui lançait Lost et Desperate Housewives. Résultat ? 20 millions de téléspectateurs pour chaque série. Revenons sur le pilote d’une série qui a intrigué peut-être plus que de raison : Lost.

La série : Lost

Le parcours : Pilote diffusé le 22 septembre 2004 sur ABC . 121 épisodes, 6 saisons.

Le résumé : Suite au crash de leur avion, une quarantaine de rescapés s’échouent sur une île qui semble cacher pas mal d’histoires et de secrets.

Le background : Tout vu à l’époque de la diffusion et tout revu il y a de ça quelques mois.

Amenez-moi le pilote : Tout commence par un oeil qui s’ouvre. Si on zoome, on pourrait comprendre mille choses de cet oeil, figure symbolique qui reviendra en ouverture de beaucoup d’épisodes. On nous présente Jack, perdu sur une île et on découvre peu à peu, par la mise en scène de JJ Abrams, que son avion s’est crashé et que beaucoup de survivants sont présents et en panique sur la plage. Sur une économie de dialogues et une urgence de la situation, le pilote pose des bases très palpitantes et ça ne s’arrêtera à aucun moment si ce n’est pas une déconstruction du récit via des flashbacks qui viennent un peu mettre un semblant d’ordre et d’apaisement chez les personnages. Que leur arrive-t’il ? Qui sont-ils ? Qui sont les personnages principaux ? rapidement, une dizaine de profils se dégagent et on découvre des têtes plus ou moins connues comme Matthew Fox échappé de La Vie à Cinq et de l’annulé Haunted, Ian Somerhalder de Young Americans, Terry O’Quinn d’Alias et Millennium ou encore Emilie de Ravin de Roswell.

lost

Question piège : dans quel épisode est-ce ?
©ABC

Gros melting-pot de personanges et aussi d’influences avec des thèmes fantastiques qui viennent se greffer à ce Koh-Lanta fictionel qui se révélera bien plus dense que cette description d’époque. Lost se permet le luxe de ne raconter qu’un naufrage en 40 minutes en distillant intelligemment un semblant de monstre, une menace invisible qui ne sera pas le principal antagoniste de l’île. On est loin, très loin, de ce que la série va offrir pendant 6 saisons. On parle des personnages, on part d’une situation de télé réalité connue et reconnue, bref, Lost joue sur beaucoup de tableaux pour finalement ne jamais lâché son cheval d’attache : les personnages. Un pilote tendu, efficace, au budget très confortable et rapidement addictif. L’histoire parle d’elle-même ensuite.