Retour sur Game Of Thrones saison 4, qui touche déjà presque à sa fin (shit !)

La série la plus téléchargée du monde est de retour pour une saison avec plus de rebondissements que jamais. Si vous n’en avez jamais entendu parler (mais d’où venez-vous ?), voici de quoi ça parle : On est à Westeros, dans un monde où les dragons ont existés. Plusieurs familles nobles se battent pour obtenir le Trône de Fer du Royaume des Sept Couronnes, après la mort du roi Baratheon.

 Cette série est basée sur une suite de romans écrits par George R.R. Martin, toujours en cours d’écriture. Pour l’anecdote, le monsieur est très vieux, et, pour le cas où il viendrait à mourir avant la fin de son histoire, il a donné des indices sur comment cela se terminera aux scénaristes de la série. Autant, à son époque, X-Files était LA série de ouf qui a changé à tout jamais l’histoire des séries, fantastiques, notamment, autant là, Game of Thrones atteint un niveau jamais égalé : il n’y a rien à jeter dans cette série ! A chaque épisode, je trépigne sur place dès que le générique de fin arrive, du genre « oh non, mais non, c’est pas déjà fini ?! », chaque lundi soir, je ne peux pas m’empêcher de poster sur facebook une phrase (sans spoiler, je ne suis pas vache!) du style « oh putain, Game of Thrones quoi ! », avec la satisfaction de voir systématiquement le nombre de « j’aime » augmenter rapidement ! Je ne sais pas si ça fait ça pour tout le monde, mais il faut savoir qu’après les traumatismes qu’ont vécus les fans lors des fameux épisodes 9 des saisons 1 et 3, que nous appelleront des épisodes maudits, dans la saison 4, on se surprend à flipper pour chaque perso qu’on apprécie dès qu’il est dans une situation inconnue ! D’autant que l’épisode 9 approche à grand pas…

 Revenons sur la saison 4 donc. En essayant de ne pas trop spoiler. (quoique…)

game of

Au fil des saisons, on a tous des personnages préférés, d’autres qu’on adore détester. Pour les plus connus, le monde entier déteste le Roi Joffrey, petit présomptueux à tendances psychopathes, ou encore Cersei, sa mère manipulatrice et présomptueuse elle aussi (ça doit être de famille). Et puis, il y a Tyrion, le seul Lannister apprécié des fans, parce que le seul à mettre son intelligence au service d’un équilibre assez sain : contenter le peuple ainsi que sa famille Lannister. Sauf que Tyrion est dans une mauvaise posture. Et comme c’est un nain difforme, qui a « tué » sa mère lors de sa naissance, Cersei qui est un peu soupe au lait, lui en veut à mort. Tywin, leur père, est pas très jouasse non plus d’avoir un fils handicapé et d’avoir perdu sa femme à cause de lui, du coup, tout ce petit monde se ligue contre lui durant cette saison haletante.

A côté, on a quelques histoires de personnes qui font leur petit bonhomme de chemin, comme Denaerys, la mère des dragons, qui s’installe à Meeren, pour régner et agrandir son armée. (Mais quand est-ce qu’elle va aller défoncer ces Lannisters avec ses dragons qui ont bien grandis!). Arya, toujours flanquée du Limier Clegane, qui continue à assouvir sa vengeance, tranquillement, avec son épée Aiguille, qu’elle a retrouvé. Ce qui nous donne d’excellentes scènes assez jouissives. Sans compter sa grande sœur Sansa qui quitte une famille de tarée pour en rejoindre une autre : Lady Arryn et son fils de 6 ans qu’elle continue à allaiter… Elle est beaucoup moins dégourdie que sa petite sœur mais elle n’a vraiment pas de bol ! On va oublier le Roi Stannis qui, pour le moment, n’a plus d’armée, plus de fric, mais veut toujours le trône. Donc il râle dans son coin, sa petite île froide, sans rien faire, parce qu’il ne peut rien faire. Et puis, y a Jon Snow qui l’air de rien prend de la bouteille et fait de son mieux pour contrer l’arrivée des sauvageons du côté du Mur où se trouve le Royaume, accompagnés de sales bêtes, genre des mammouths, des géants, des cannibales et autres joyeusetés du genre. Sachant que si les sauvageons se frayent un chemin au travers du Mur, c’est la porte ouverte aux Autres, ces espèces de zombies véloces dont on ne sait rien, juste qu’il vaut mieux ne pas les approcher.

game of

Bref, j’en oublie évidemment, notamment les Ecorcheurs, celui qui est devenue Schlingue, Bran, Maergery Tyrell, tout ça. C’est aussi la faiblesse de la série (la seule, je vous jure!), c’est que parfois, on s’attarde sur un certain nombre de personnes, du coup, d’autres sont laissés de côté durant un bon moment. Mais finalement, c’est comme dans les livres, tellement de personnages qu’il faut savoir en laisser un peu de côté pour se concentrer sur d’autres.

Nous en sommes à l’épisode 7, il ne nous reste que 3 épisodes. Mais ces 7 épisodes nous auront au moins appris quelque chose : Peter Dincklage (Tyrion) est un putain de bon acteur !

Et prions mes amis, prions pour que l’épisode 9 ne soit pas un épisode maudit à nouveau !