S’il y a une chose que tout le monde aura pu remarquer, c’est à quel point le poker a envahi notre quotidien depuis le début du 21ème siècle. Ce fut d’abord sur le petit écran, notamment avec l’inénarrable Patrick Bruel sur Canal +, que le poker est entré dans nos foyers. Les émissions spécialisées se sont ensuite étendues à toutes les chaînes. Puis c’est sur internet, ces dernières années, avec la légalisation du jeu en ligne, que les joueurs ont pu, après avoir découvert le jeu à la télévision, commencer à s’entraîner et en apprendre toutes les règles, puis à le pratiquer face à d’autres joueurs du monde entier. Mais le 7ème art a aussi son mot à dire, et pas qu’un peu puisque c’est même là que les premières images (certes fictives) de pratique de ce jeu ont été diffusées. Retour sur ces films et sur ces scènes qui ont le mieux rendus l’expérience poker.

L’un des plus beaux duels est peut être celui entre Paul Newman et Robert Shaw dans le film L’Arnaque, en 1973. Dans ce film, c’est au cœur d’une complexe histoire de vengeance et de trahison que cette partie de poker endiablée vient prendre sa place. D’un côté, Paul Newman, un brin éméché, parlant sans cesse pour perturber au maximum son adversaire. De l’autre, Robert Shaw, tentant de deviner le vrai du faux dans les propos ininterrompus de son vis-à-vis. Comme le film, la scène est pleine d’humour et de surprises et constitue l’une des plus réussies encore aujourd’hui.

Toutefois, la première scène de poker au cinéma remonte à 1915 dans le film Le Poker de Rio Jim, je vous rassure, moi non plus, je ne l’ai pas vu. Il faut attendre plusieurs décennies pour voir une scène de poker dans un film de renom comme L’Inconnu de Las Vegas, en 1960, Et Pour Quelques Dollars de Plus, en 1965, Casino Royale, en 1967 (avant son remake avec Daniel Craig, 40 ans plus tard), ou Il Etait une Fois dans l’Ouest, en 1969.

Plus récemment, nous avons le film Maverick, en 1994, où Mel Gibson incarnera un joueur de poker professionnel dans un western comique à la qualité inégale. Il parcourra un long chemin pour se rendre à la partie de poker du siècle. Il rencontrera sur sa route des personnages hauts en couleurs, et notamment une séduisante Jodie Foster en joueuse sans scrupule et prête à tout, ou encore James Garner en sheriff obscur. Cette étrange bande ira jusqu’à l’apothéose de la scène finale avec la plus dangereuse et risquée partie de poker pour Maverick.

23429

L’année d’après, en 1995, c’est dans un tout autre style de film que le poker revient avec Casino, de Martin Scorcese. Ce film n’est pas axé sur le poker mais plutôt sur la mafia gérante d’un casino de Las Vegas. Avec Robert de Niro, Joe Pesci et Sharon Stone dans les rôles titres, ce drame noir est une vraie réussite autant qu’une description terrible de l’envers du décor des paillettes de Las Vegas, et chacun de protagonistes y perdra des plumes. Totalement inclassable, ce film où Sharon Stone jouera peut-être sa meilleure partition après Basic Instinct est en plus inspiré de l’histoire vraie de Franck Rosenthal.

Le poker sera de nouveau au centre du film Les Joueurs, en 1998. Ce film retrace l’histoire d’un jeune étudiant, joueur de poker, incarné par Matt Damon, qui perd tout son argent au début du film. D’abord rangé des circuits, il replongera dedans pour aider son ami, Edward Norton, jusqu’à affronter de nouveau celui qui l’a plumé, un russe typique sous les traits de John Malkovich. Comme dans L’Arnaque, la partie finale nous montre une différence de style totale entre les deux joueurs. D’un côté, Matt Damon, le joueur romantique qui joue pour les cartes, pour la beauté du jeu et pour l’honneur, un petit génie qui est aussi capable de parfaitement lire dans les yeux de ses adversaires. De l’autre, John Malkovich, froid et calculateur, uniquement motivé par l’argent et prêt à de nombreux coups bas pour l’obtenir, un joueur de poker comme on ne les aime pas. Le tout pour un échange sur tapis vert sous haute tension.

Autre partie mythique, cette fois-ci au tout début d’un film, c’est celle lors de l’introduction d’Ocean’s Eleven, en 2001. Autour de cette table hétéroclite, Brad Pitt tente d’apprendre le poker à cinq cartes à une bande d’acteurs jouant leur propre rôle comme Joshua Jackson, Holly Mary Combs, Barry Watson. Petit problème, les joueurs n’ont aucune notion de ce jeu. Il y en a un qui distribue dans le mauvais sens, un qui demande une carte supplémentaire comme au blackjack, un qui veut changer quatre de ses cartes au lieu de se coucher, un qui annonce avoir 3 paires alors qu’il n’a que cinq cartes et le dernier qui dévoile fièrement ses cinq cartes de même couleur rouge mais avec des cœurs et des carreaux, le tout sous le regard désabusé de leur mentor Brad Pitt. Un moment très drôle qui donne parfaitement le ton de cette comédie.

Autre scène de poker inoubliable, c’est bien sûr dans le second Casino Royale, en 2006, où James Bond se livre à une partie acharnée, mais toujours plein d’assurance et de classe. Cette partie a la particularité d’être vraiment tournée comme s’il s’agissait d’un tournoi réel à la télé. Plus exotique, la partie de poker dans le film X-Men Origins : Wolverine, en 2009, où Gambit affronte notamment la guest-star Daniel Negreanu, joueur professionnel dans la vraie vie. Autre illustration dans le film Time Out, où les joueurs parient du temps plutôt que de l’argent et où la moindre défaite pourrait être catastrophique.


Bref, le poker, qui est de plus en plus visible sur le petit écran et sur internet, est aussi présent dans les salles obscures. Et il n’y a vraiment pas de raison que ça change dans les années à venir.