Comme la majorité des fans de « How I Met Your Mother », j’ai regardé le double épisode final avec pas mal d’appréhension. Difficile de dire au revoir à une série qu’on a suivi depuis 10 ans ! Après 40 minutes de souffrances, voilà ma réaction, une lettre ouverte écrite frénétiquement, en quelques minutes à peine…

Kids,

Je l’avais bien senti cette petite baisse d’énergie dans la saison 9. Mais en grande fan naïve et attachée à la série, j’avais passé outre, me concentrant sur le mariage que j’attendais depuis si longtemps, celui de Barney et Robin… Alors que certains râlaient que toute la saison parle du mariage, j’étais plutôt contente d’avoir droit à 24 épisodes de Barney et Robin. Jusqu’au moment où j’ai senti le vent tourner, quand Robin et Ted se posent l’éternelle question du « Est-ce qu’on ne devrait pas finir ensemble ? » J’ai donc démarré l’épisode final en étant loin d’être sereine. Je m’attendais à tout. À tout ? Pas à cette accumulation de mauvaises nouvelles en tout cas.

Soyons clair : comment avez-vous osé axer toute une saison sur un mariage pour le faire se terminer 3 ans après (et en quelques minutes pour le téléspectateur) ? Comment avez-vous osé nous faire patienter 9 longues saisons pour enfin nous offrir une Mother drôle, gentille, véritable complice de Ted et mère géniale de leurs enfants, si c’est pour nous la retirer à la fin ? Et là on ne parle pas d’un simple divorce mais bien d’une terrible maladie (sans jamais être prononcé, j’y voyais – malheureusement- un cancer), comme si on voulait s’assurer qu’elle n’était plus dans le paysage pour que Ted se sente moins coupable de revenir finalement vers son véritable amour, Robin.

Tant pis pour la "Mother".

Tant pis pour la « Mother ».

Et oui, tout ça pour que finalement, Robin soit le vrai amour de Ted. Neuf saisons pour nous dire que la rencontre de la Mère fut épique, mais que c’était tout de même Robin le but ultime. Alors quoi, il s’agissait de nous offrir une morale pleine d’émotions, du genre « Ne te marie pas avec la femme de ta vie si ce n’est pas le bon moment. À la place rencontre une femme merveilleuse et qui te semble destinée, avec qui tu feras de beaux enfants mais qui te laisseras le champ libre, quand à la fin de ta vie, tu comprendras que non, vraiment, le premier amour est le mieux ».

Et ne parlons même pas de Barney, qui en devenant père et en découvrant le bébé d’une femme qu’on ne voit jamais, change totalement de personnalité. Au fond de moi, j’espérais bien qu’il découvre cette émotion… mais avec Robin. Quitte à adopter !

Messieurs les créateurs de « How I Met Your Mother », il ne suffit pas de bourrer un double épisode de quelques moments drôles et de blagues récurrentes de la série (les high five, le Playbook, les combats de robots, la fête d’Halloween, le bar, etc), saupoudrés de quelques flashforwards d’une vie plus ou moins satisfaisante (au moins pour Marshall et Lily), pour finir une série qui a accompagné les gens pendant 10 ans. Et surtout, mieux vaut éviter de finir 9 saisons par quatre minutes si improbables…

Certains diront que « How I Met Your Mother » a voulu montrer que malgré les bons moments, les délires et une bande de potes soudés, la vie et ses malheurs finissent par nous rattraper, et que le show est réaliste. Oui mais voilà, pour moi « How I Met Your Mother » reste une comédie, qui aurait dû se finir sur une note plus optimiste. Pour le coup, seuls les chiffres d’audience furent une bonne nouvelle : plus de 13 millions de fans qui font un au revoir amer à une série qui a sûrement trop tiré sur la corde.

Une fan sincèrement déçue,

The Girly Geek.

010088.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx