Depuis le 6 mars, Albert Dupontel est à nouveau dans les bacs DVD et Blu-Ray pour son « 9 Mois Ferme », auréolé du César du meilleur scénario et de la meilleure actrice pour Sandrine Kiberlain. Jugement en première instance de la galette incriminée.

Arielle est une juge très à cheval sur ses procédures, en passe de monter en grade, et bourreau de travail. Mais le soir du Nouvel An, alors que ses collègues l’entraînent dans leur soirée, elle quitte le Palais de Justice passablement éméchée. Quelques mois plus tard, elle apprend qu’elle est enceinte de plusieurs mois, et grâce aux caméras de surveillance, elle retrouve le père : Bob, cambrioleur soupçonné d’être un atroce tueur qui a arraché les yeux de ses victimes….

??????????????????????????????????????????

Ne pas se fier aux bandes-annonces : le talent d’amuseur et de pourfendeur de bonne morale de Dupontel est là, et bien là. Un ton proche d’une « screwball comedy » qui attaque pied au plancher et ne ralentira pas durant 1h20. Le jeu sur tous les types d’humour, qu’il soit physique, grand-guignol de farce, les quiproquos ou les mensonges outranciers de Bob… S’il est extrêmement concis dan sa narration et son montage (le film va à l’essentiel dans chacune de ses séquences), il est très généreux dans sa mise en scène : si une moitié du film se passe en huis-clos, le dynamisme de Dupontel n’est plus à prouver, devant comme derrière la caméra. A l’image de son synopsis, « 9 Mois Ferme » réussit à s’en sortir là où des comédies françaises tireraient trop sur les bons sentiments ou les acteurs cachetonneurs.

??????????????????????????????????????????

Et les plus attentifs remarqueront une satire sur les médias qui s’emballent sur les faits divers croustillants, à travers une pléthore de guest stars. Sans prétention dans ses intentions, ni vu ni connu, « 9 Mois Ferme » affirme sa mainmise tranquille sur la comédie française et permet une relaxe fissa de l’accusé Dupontel.

L’image : Master HD de toute beauté en 2.40, donnant libre cours au surréalisme d’une partie des séquences du film.

Les bonus : Albert Dupontel est un cinéphile érudit et passionné, et apporte un soin particulier aux éditions DVD/Blu-Ray de ses films. S’ils sont aussi concis que le film lui-même, ils n’en restent pas moins intéressants et produits en interne par sa boîte, ADCB Productions. Un making-of de 15 minutes montre plusieurs séquences candides de répétition avec les acteurs avant, puis sur le tournage sur des séquences-clé, en faisant un bon usage du splitscreen. On ne peut pas en dire autant sur la courte featurette « VIP Day » montrant tous les guests des séquences télévisées du film. Y compris l’inévitable Terry Gilliam déchaîné en sociopathe incarcéré. Le bonus sur les effets spéciaux est plus intéressant, en montrant les dessous de la séquence d’ouverture où un ballon se balade dans la cour du palais de Justice de Paris en plan-séquence, et où on montre les dessous de la scène où Arielle est debout sur son bureau, sur le point de faire une grosse bêtise….

Mais le gros du bonus est le commentaire d’un Dupontel supersonique dans ses explications. Il adapte son débit d’information à la rapidité des séquences, et annonce la couleur dès le début : cette piste est consacrée à « ce qu’on ne voit pas à l’écran ». Et son oeil avisé décrypte pour nous les plans, les défis de tournage, les figurants qui passent dans le champ…. Une mine, voire un maelström d’informations qui justifie à lui seul un second visionnage. Passionnant et passionné.


Neuf Mois Ferme : bande annonce HD par cloneweb

 

« 9 Mois Ferme » est donc un très bon moment, accompagné d’un bon transfert et de bonus peu nombreux mais très informatifs.