Sundance a dévoilé il y a quelques jours sa deuxième série et création originale (après « Rectify ») : « The Red Road », avec Jason Momoa et Martin Henderson. Et si Khal Drogo s’excuse lui-même lors de l’avant-première parisienne de porter des vêtements dans ce show, ce qu’il oublie surtout de nous dire, c’est qu’on le redécouvre dans un drame prenant et plutôt efficace dans ces deux premiers épisodes…

© Sundance Channel US

© Sundance Channel US

Difficile de parler déjà d’un effet Sundance, puisque la chaîne n’a présenté pour l’instant que deux créations… Et pourtant, au fur et à mesure qu’on se laisse emporter par « The Red Road », ses paysages défilant lentement et sa communauté déchirée, on a l’impression de retrouver l’atmosphère de « Rectify ». Mais la ressemblance s’arrête là, car quand Philip Kopus (Jason Momoa) retourne chez lui après 6 ans de prison, il est loin d’être aussi perdu que Daniel Holden. Au contraire, il retrouve vite ses marques, aide à couvrir le meurtre d’un jeune étudiant, démarre un trafic de drogues et va jusqu’à faire un sombre deal avec l’un des flics de la ville de Walpole, Harold Jensen.

Car l’autre personnage principal de « The Red Road » (celui qui se fait éclipser par la carrure impressionnante de Jason Momoa sur l’affiche), c’est Martin Henderson. Dans la série, il joue le rôle d’Harold, un flic dépassé par son quotidien et par sa famille. Il faut dire que sa femme Jean (Julianne Nicholson), une ex-alcoolique prête à rechuter et psychologiquement instable, n’a qu’une idée en tête : séparer sa fille Rachel et son petit ami Junior, qui fait partie de la communauté des Indiens Lenape. C’est justement cette relation à la Roméo et Juliette qui lui fera complètement perdre les pédales, et obligera son mari à couvrir son terrible crime, quitte à s’allier au membre le plus dangereux des Lenape, Philip. Pour sauver une femme qui compte ou a compté dans leur vie, Philip et Harold sont donc obligés d’unir leur force et de travailler ensemble au milieu d’une communauté qui se déchire… Ou comment le duo méchant flic-bon flic se laisse doucement contaminer.

Du côté de la réalisation, il y a rien à dire. Réalisé par James Gray (« Two Lovers », « The Immigrant »), le pilote va à son rythme, ne dévoilant que quelques bribes d’indices et d’informations à chaque scène, laissant le loisir au téléspectateur de faire correspondre toutes les pièces du puzzle. Ici, chaque détail compte car chacun essaie de raconter son histoire… Il y a Jean, la femme perturbée qui entend des voix ; Rachel, l’ado rebelle et amoureuse du mauvais garçon ; Harold, le bon flic qui perd pied ; Philip, l’ex-détenu aux accès de violence soudains ; Marie, la mère de Philip qui agit presque comme une inconnue ; Sky, l’avocate déterminée (jouée par la femme de Jason Momoa, Lisa Bonet, qu’on aperçoit dans l’épisode 2)…

© Sundance Channel US

© Sundance Channel US

 Et c’est peut-être là que la série trébuche. Car à force de vouloir raconter toutes ces histoires, elle risque de s’y perdre et surtout, de nous perdre. La série est-elle trop ambitieuse ? Il ne faut pas oublier que comme « Rectify », « The Red Road » est une série de 6 épisodes… Même en comptant déjà sur une deuxième saison, cela veut dire qu’en 6 épisodes de 45 minutes, la série doit faire avancer l’enquête du jeune étudiant disparu, de l’enfant renversé en voiture, mais doit aussi développer l’histoire d’amour maudite des adolescents, et surtout nous raconter ce qu’il s’est passé ce fameux jour, quand le frère de Jean s’est noyé. Or, le deuxième épisode ne fait que renforcer les bases de l’histoire, faisant encore plus plonger Jean dans la folie (elle finit dans un hôpital psychiatrique), tandis qu’Harold s’enfonce dans les mensonges et que Philip déploie sa dangereuse influence sur la ville.

© Sundance Channel US

© Sundance Channel US

Ce sera sans doute un vrai plaisir de continuer à découvrir le charismatique Jason Momoa, la force tranquille et parfois flippante de la série, ou de déterrer les sombres révélations du passé de Jean au fur et à mesure qu’elle perd la tête… Mais on espère que la série saura tenir ses promesses dans les quatre épisodes qu’il lui reste, avant qui sait, de nous faire saliver avec une deuxième saison.

Détail à ne pas négliger : l’épisode final de la saison 1 de « The Red Road » est diffusé le 3 avril, soit 3 jours avant le retour de « Game of Thrones »… Une bonne façon de patienter en attendant le retour de Daenerys sans son Khal Drogo.

« The Red Road » est à voir sur Sundance Channel dès le 24 avril.