Ne vous fiez pas aux apparences, ce n’est pas le remake des Revenants mais bien une série « originale » basée sur le roman de Jason Mott, The Returned qui est à 95% l’histoire de la série française. Mic-mac ? Oui. ABC se revendique de ne pas adapter la série française et un vrai remake est prévue sur le marché international cette année.

N’ayant pas vu Les Revenants (seulement le film il y a dix ans et c’était très nul), j’ai donc posé un regard vierge sur ce pilote qui se révèle plutôt bien ficelé !
Pour revenir sur l’affaire remake, ABC et la société de production de Brad Pitt, Plan B, ont mis une option sur le livre de Jason Mott qui a  eu l’idée de l’histoire en rêvant de sa mère décédée qui revenait. Le concept de morts qui reviennent n’est pas non plus d’une originalité folle mais on se trouve ni dans le mort-vivant, ni dans le fantôme. Le livre est sorti en 2012, soit la même année que la diffusion des Revenants mais 8 ans après le film de Robin Campillo… Pour mettre tout le monde, je dirais que tout est pompé sur l’épisode Invocation de la saison 8 de X-Files daté de 2000 où un jeune garçon, porté disparu depuis dix ans, revient sans même avoir grandi. Là au moins, ça me fera plaisir qu’on le cite…

resurerction

©ABC

Jacob, 8 ans, se réveille dans une rizière en Chine. Débarque aux USA, l’Immigration le prend en charge et découvre qu’il est le fils disparu 32 ans plus tôt d’une famille d’Arcadia dans le Missouri.

En quelques minutes, la série impose sa patte formelle. Les images sont belles, la musique envoûtante (Blake Neely) et les acteurs d’une sobriété exemplaire. On retrouve Omar Epps échappé du cabinet du Docteur House, en agent de l’immigration, Frances Fisher (Eureka), Kurtwood Smith (70’s Show), Matt Craven (The Pacific) et Samaire Armstrong (The O.C.). Le casting est impeccable en tout point.

resurrection

©ABC

Malgré une certaine lenteur, on ne s’ennuie jamais et le pilote prend vraiment son temps pour installer son histoire. Même si on se doute des événements et que les surprises sont minimes, le pilote intrigue totalement. Les personnages sont plutôt intéressants et on n’est loin du duo de flic, ce qui est un excellent point. Le bémol est qu’on ne sait pas, sur la durée, si la série peut passionner. N’ayant pas vu Les Revenants, je ne peux émettre un jugement mais le concept est assez réducteur. Enchaîner les revenants sera lassant et jouer sur les relations entre les personnages donnera un côté drama / soap tout aussi énervant.

Resurrection réussit son entrée et on se doute que la série va explorer les relations humaines via son concept plutôt que l’inverse. C’est un concept fonctionnel mais pas du tout structurel. La fin de l’épisode souligne bien le propos engagé par la série à savoir des retrouvailles, des thématiques familiales, de pardon, de rédemption voire peut-être amoureuses. Est-ce que Jacob va avoir un rôle différent par la suite ? Resurrection saura nous le dire après sa première saison, qui a le mérite de ne durer que 8 épisodes. Avec une audience de 13 millions de personnes, ABC a réussi son pari. Mais comme toutes les séries feuilletonnantes, l’audience du second et du troisième seront décisives. Resurrection peut s’écarter du high-concept casse-gueule pour offrir un drama familial original.

resurrection

©ABC