Récompensée par 2 Emmy Awards, la minisérie de History Channel « Ils ont fait l’Amérique » arrive demain soir à 20h45 sur Planète +. Un portrait riche en rebondissements de cinq pionniers dans le domaine du transport, de l’énergie, des métaux ou de l’automobile : Vanderbilt, Rockefeller, Carnegie, Ford, Astor. Retour sur les deux premiers épisodes.

Dans la poussière laissée par la guerre de Sécession et l’assassinat d’Abraham Lincoln, la révolution industrielle américaine pointe son nez, et va bouleverser le paysage américain à plus d’un titre. Le paysage va être bouleversé par la construction des chemins de fer et la spéculation financière à grande échelle. Des entrepreneurs vont sortir de l’ombre et bâtir un empire, au premier rang desquels Cornelius Vanderbilt. L’équipe des scénaristes de cette mini-série, diffusée à la rentrée 2012 sur History Channel, est moins intéressée par une biographie ou hagiographie que par une représentation efficace de son parcours et son état d’esprit en affaires qui lui a permis de devenir un des hommes les plus riches des Etats-Unis en une poignée d’années. rockefeller ils ont fait l'amérique Et dans la partie docu-fiction, « Ils ont fait l’Amérique » pousse le cursus vers la fiction et le cinéma, grâce à de splendides reconstitutions d’époque. Les personnages historiques ne sont pas présentés sous leur meilleur jour mais plus dans la véracité de leurs personnages : un jeune Vanderbilt sera donc présenté comme un bad boy de tous les coups, mais aussi comme un père ayant perdu son fils à la guerre et comme un businessman rusé. La dimension ajoutée du programme se situe vraiment dans l’extrapolation aux principes du business à l’américaine. Et le propos d’ « Ils Ont Fait l’Amérique » n’est pas rose : les figures fondatrices de la macroéconomie américaine ont bâti, ou ont subi des coups qui seraient considérés comme illégaux aujourd’hui. Il faut voir comment deux employés d’une firme concurrente que Vanderbilt veut racheter à tout prix vont se jouer de lui pour mieux comprendre la sauvagerie du libéralisme balbutiant de l’époque. Le même procédé est appliqué à John Rockefeller, jeune businessman de l’Ohio qui a appris à ne faire confiance à personne, qui va négocier un transport de pétrole et va avoir des méthodes de rendement et une exigence dans la qualité du produit qui seront novatrices. Son atout? La prise en main de la raffinerie du pétrole, qui va alimenter les lampes de tout le pays. Mais les adages nécessaires pour bâtir une entreprise réussie, ils sont beaucoup à le partager. Les documentaristes ont réuni un vrai « who’s who » des grandes fortunes américaines, de Russell Simmons à Sumner Redstone (patron de Viacom, conglomérat médiatique réunissant Paramount, CBS, MTV et des filiales d’affichage urbain, entre autres) en passant par Mark Cuban, propriétaire de l’équipe de basket des Mavericks de Dallas et l’ex-PDG de Time Warner Richard Parsons. Pris indépendamment, cela peut sembler être des interventions flashy, mais ce qu’ils ont à dire sur les principes appris dans leur carrière apporte une perspective bienvenue au documentaire. « Ils Ont Fait l’Amérique » a un soin tout particulier apporté à la réalisation, notamment en s’offrant les services de la compagnie d’effets spéciaux qui travaille sur « Boardwalk Empire », donnant relief et rock’n’roll aux scènes historiques. Et un point positif pour la complainte bluesy très efficace et débridée qui sert de générique, le « Save My Soul » de Blues Saraceno. Le premier épisode est visible en streaming gratuitement.