Neuvième numéro de cette saison 10 et premier numéro avec aucun retour, aucun gros fan service et aucune intrigue qui sent le rance.

Avec Chitter, Joe Harris propose sa première enquête originale à un détail près. Si l’utilisation des insectes a été maintes fois utilisées dans la série (abeilles, cafards, mouches, sauterelles, mante, mites), les épisodes sont très inégaux. Devant l’aspect ragoûtant de ces petites bêtes, il est toujours de bon ton d’utiliser ce sujet pour des histoires d’horreur. Dans ce numéro, on retrouve donc Mulder et Scully qui semblent arriver sur une affaire d’enlèvements et meurtres plutôt banales mais qui se transforme vite en macabre manipulation.

chitter

©IDW

Encore une fois, les 22 pages sont mal utilisées. A peine prend-t-on le rythme de l’enquête que Scully est déjà en danger, qu’on nous ressort des allusions à Emily et William (ah bah voilà le fan service) et que Mulder va tout régler en quelques pages si ce n’est pas une. Dommage de sentir que l’histoire commence à peine quand on arrive à 4 pages de la fin. Peut-être le souci vient de moi mais je n’adhère décidément pas à cette saison 10.

La couverture augurait une enquête horrifique à l’ambiance noire mais rien ne ressort vraiment. Les seules choses sombres sont les dessins, plutôt meilleurs que la moyenne, de Greg Scott même si on retrouve ça et là quelques images que l’on a déjà vues ailleurs. Niveau dialogues, on reste dans un style bâtard entre la volonté de souligner le lien affectif enter Mulder et Scully par des petites piques incohérentes et celui d ‘utiliser encore des « agent Mulder » ou des lignes de dialogues trop abstraites.

Finalement, il ne se passe pas grand chose dans ce numéro? On préfère les épisodes mythologiques ou les révélations peuvent alors maintenir quelque peu l’intérêt et surtout être justifié par des dialogues abstraits.