Damien Chazelle est un homme heureux. Son film Whiplash a gagné le prix du jury à Sundance cette année. Le comble ? L’année dernière, il gagnait le prix du jury pour son court… Whiplash.

Son court a été adapté en long et Damien Chazelle remporte encore les faveurs du public. Whiplash raconte comment un batteur tente d’accéder à la perfection. A l’affiche de Whiplash,  Miles Teller, qui est en train de monter après les bonnes critiques pour son rôle dans The Spectacular Now. Même histoire pour Fishing Without Nets qui, apras avoir gagné le prix du court en 2012, revient en format long et emporte un prix. Avec le grand prix du jury, Whiplash gagne aussi le Dramatic Audience Award. Craig Johnson et Mark Heyman gagnent le Waldo Scott Screenwriting Award pour The Skeleton Twins avec Kristen Wiig et Bill Hader.

Voici les principaux gagnants :

 Whiplash

Whiplash

 

Grand Jury Prize, Drama: « Whiplash, » de Damien Chazelle

Grand Jury Prize, Documentaire : « Rich Hill, » de Tracy Droz Tragos et Andrew Droz Palermo

World Cinema Jury Prize, Drama: « To Kill a Man, » de Alejandro Fernández Almendras

World Cinema Jury Prize, Documentaire : « Return to Homs, » de Talal Derki

Dramatic Audience Award: « Whiplash, » de Damien Chazelle

Documentary Audience Award: « Alive Inside, » de Michael Rossato-Bennett

World Cinema Dramatic Audience Award: « Difret, » de Zeresenay Berhane Mehari

World Cinema Documentary Audience Award: « The Green Prince, » de Nadav Schirman

The Best of NEXT Audience Award: « Imperial Dreams, » de Malik Vitthal

Directing Award, Drama: « Fishing Without Nets, » de Cutter Hodierne

Directing Award, Documentaire: « The Case Against 8, » de Ben Cotner and Ryan White

The Skeleton Twins

The Skeleton Twins

 

World Cinema Directing Award, Dramatic: « 52 Tuesdays, » de Sophie Hyde

World Cinema Directing Award, Documentary: « 20, 000 Days on Earth, » de Iain Forsyth

Waldo Scott Screenwriting Award: « The Skeletons Twins, » de Craig Johnson and Mark Heyman

World Cinema Screenwriting Award: « Blind, » de Eskil Vogt