A Case Of You surfe sur la comédie romantique 2.0. En utilisant les technologies modernes, les Rom-Com étaient face à un challenge : remettre en cause les relations entre les personnes. A Case Of You se permet de jouer sur ce tableau pour ouvrir le débat sur l’image de soi.

Justin Longe joue Sam, un romancier qui fait son beurre sur les novélisations de films pour ados. Il tombe raide dingue de la barista Birdie (Evan Rachel Wood). Pour l’attirer, il va scruter son profil Facebook et adapter sa vie à lui en fonction de ses goûts à elle.

Nous voilà devant un postulat de base que l’on connait déjà : se grandir pour se faire apprécier de la fille. Ensuite, on le sait tous, la fille va découvrir que le gars n’est pas celui qu’elle croyait. Pour A Case Of You, le fil de l’histoire s’éloigne de cette idée pour renverser un peu les idées reçues. On y reviendra en spoilers.
L’utilisation des nouvelles technologies avait donné Vous Avez un Message avec Tom Hanks et Meg Ryan. La Rom-Com des années 90 faisait un pas vers celle des années 2000. Désormais avec Facebook, Twitter, Instagram et Foursquare, on en sait plus qu’on ne devrait savoir sur certaines personnes. Dans ce cas, que devient le charme si classique des comédies romantiques ? Doit-on passer outre le fait que chacun peut savoir ce qu’il veut ou presque de l’être aimée quitte à perdre l’essence même de la découverte de l’inconnu ?

a case of you

©Lagniappe Films

A Case Of You détourne la question en transformant son héros en personnage de fiction qu’il crée lui-même pour son nouveau roman. Nourrissant lui-même le contenu de son roman, il se transforme peu à peu en créature un peu incontrôlable face à une Evan Rachel-Wood qu’on avait rarement vu aussi souriante (souvenez-vous de Thirteen ^^). Apprenant la guitare ou se faisant passer pour un fan d’auteurs ou de romans qu’elle a « liké », Sam devient le double masculin de la jeune fille et là se pose un nouveau problème. Sam fait tout pour ressembler à Birdie et au fil de l’histoire, on se rend compte qu’elle s’intéresse à lui non pas parce qu’il a des goûts en commun, mais parce qu’il est, en dehors de ça, quelqu’un d’appréciable. C’est Sam lui-même qui se rajouter des tonnes de couches artificielles de points communs pour tenter d’entretenir l’attirance. Au final, deux soucis se posent : Birdie ne fait absolument rien pour le garder lui car il fait tout le travail semble-t-il. Mais surtout, le postulat « qui se ressemblent, s’assemblent » se rajoute un appendice « … et puis s’emmerdent ». On le ressent bizarrement puisque rien d’exceptionnel ne se passe vraiment dans A Case Of You. La durée courte du film renforce cette sensation. Après une bonne heure, Sam continue toujours d’aller chercher une connivence poussée.

Bien entendu, il y a un Mais ! Et ATTENTION SPOILERS SANS RACONTANT LA FIN !

Quand Birdie tombe amoureuse de lui, le spectateur ne sait pas quoi penser des deux personnages, enter Sam, faux amant parfait, et Birdie, fille totalement amorphe en actions. Sam découvre alors, devant cette déclaration d’amour, qu’il a trop fait semblant et qu’il n’a quasiment rien eu en retour. Ce retournement de situation sonne un peu faux. Les deux personnages se retrouvent désarmés et presque pathétiques.

FIN SPOILERS !

Rien d’exceptionnel puisque Birdie ne semble pas du tout une fille plus compliquée que ça. A Case Of You reste totalement inoffensif ! Justin Long (qui co-écrit le scénario) a beau avoir une tête sympa et Evan Rachel Wood joue bien les Girl Next Door, on reste en deçà des films à l’originalité soutenue. Malgré tout, les seconds rôles Vince Vaughn, Sienna Miller, Busy Philips, Peter Dinklage, Brendan Fraser ou Sam Rockwell apportent un peu de piment. A réserver pour les soirées d’hiver !