Uncertainty est le titre VO de The Way(s) (oui allez comprendre) et met en scène les sexys Joseph Gordon-Levitt et Lynn Collins (John Carter). À part ça ? Deux histoires et un concept casse-gueule et finalement prétexte à un film raté.

uncertainty

©Fox Pathé Europa

Bobby et Kate sont sur le pont de Brooklyn. Ils se posent des questions sur un choix à faire. Il fait un pile ou face. Quand la pièce retombe, ils partent chacun d’un côté. Bobby embarque alors dans une voiture conduite par Kate… Tandis que Kate entre dans un taxi où se trouve Bobby. Deux parties distinctes nommées Yellow et Green commencent alors.

Pour l’instant, la thématique du choix et des conséquences est plutôt bien fichue. Mais là ça se gâte. En effet, nous allons avoir deux histoires totalement différentes. D’un côté, la thématique jaune est un thriller où Bobby trouve un portable dans le taxi ; le propriétaire du téléphone souhaite le retrouver rapidement même si les morts doivent s’aligner. On se retrouve un peu dans Cellular en moins bon. De l’autre, le monde vert, Bobby et Kate vont chez la mère de cette dernière pour un dîner familial. Kate n’a pas encore dit à la famille qu’elle était enceinte. On nage en plein mélodrame familial d’un niveau très moyen.
Le couple s’arrête pour récupérer un chien errant, enchaîne les platitudes, rencontre la famille, ressortent des platitudes, font un avis de recherche pour le chien… Le monde vert est particulièrement ronronnant alors que le jaune, la traque prend une autre tournure quand quelqu’un est abattu devant les yeux du couple. Une course-poursuite démarre alors.

uncertainty

©Fox Pathé Europa

Pourquoi ces deux histoires opposées ? On a beau chercher, mais la thématique du destin ou du choix n’a quasiment aucune incidence. La seule concordance se trouve dans la volonté de montrer un couple soudé plutôt bien campé. À plusieurs reprises, on se demande pourquoi le couple ne jette pas ce foutu téléphone, si les deux intrigues vont se croiser, mais rien n’y fait, on a du mal à rester devant le film. On peut attendre qu’une ou l’autre des intrigues arrive pour se remettre dedans, mais le manque cruel de consistance fait que le film n’arrive jamais à passionner.

Dommage pour Gordon-Levitt et Collins qui auraient pu faire la différence. Ils la font peut-être un peu, c’est vrai qu’on reste parce qu’ils sont choux et efficaces et que le décor de New-York attire l’œil. Néanmoins, Uncertainty reste mineur, sans réelles idées, même si la mise en scène tente de faire ressortir les couleurs des deux histoires dans certains plans. Joli par moments, ce choix donne un certain cachet au film. Le cul entre deux chaises à tous les niveaux, The Way(s) est une curiosité pour les amoureux de JGL ou ceux qui aiment les histoires simples.